Quand on croit que c’est fini (Dépression chapitre 2)

20131008-002746.jpg

Il y a plusieurs mois j’écrivais cet article….. Je croyais être sur la bonne voie, pour mes enfants, pour moi aussi et puis pour la personne pour qui j’ai des sentiments…. Et puis depuis plusieurs semaines, je sais que c’est loin d’être gagné, je sais que des gens se moquent de moi car je pleure, je vide mon sac parfois, ces mêmes gens qui disent qu’il ne faut SURTOUT pas juger. On a pas baissé mes antidépresseurs, ils font partie de mon quotidien, j’en parle ici, mais quelque part j’ai honte de me « droguer » alors mes médocs ils sont cachés dans une trousse dans ma salle de bains, je les prends quand je suis seule après ma douche, avant de me laver les dents, le matin comme le soir. Et puis pour ceux du midi je prétexte un lavage de dents quand il y a des gens autour de moi. J’ai honte de ces médicaments car même avec ceux ci je ne vais pas bien, j’avance à tâtons, je mets un pas l’un devant l’autre, je n’ose plus sortir quasiment, les seules sorties sont faites pour emmener mon fils à l’école quand il peut y aller, ou à nos rendez-vous médicaux. Je pensais il y a presque 8 mois que je serais guérie quelques mois plus tard mais la dépression est quelque chose qui empoisonne la vie d’une personne, la vie d’une famille, la vie d’un couple. Ma vie est totalement chamboulée par cette maladie, je passe des crises de boulimie à des crises d’anorexie. J’essaie de me mettre des objectifs, la liste des 101 choses à faire en 1001 jours font partie de ces objectifs, ça bousille ma vie de famille car je sais bien que mes enfants sont tristes à cause de moi mais je n’arrive pas à être autrement, la personne que j’aime je lui ai fait vivre l’enfer car je trouve tout le monde mieux que moi je suis jalouse de cette fille qui lui parle car elle a un corps parfait, je suis chiante car je suis triste et que je veux faire semblant d’aller bien pour lui  mais il voit bien que je ne vais pas bien alors il me le dit et là ça m’énerve alors on se dispute. Ce soir si j’écris c’est pour dire que cette dépression forme un couple avec moi, je me suis perdue, j’ai perdu quelqu’un à cause de la dépression qui s’est suicidée il y a quelques semaines, je suis en train de perdre tout le monde à cause de Ma dépression, de la la dépression…..

La dépression peut toucher n’importe qui, des jeunes comme des moins jeunes…. Le seul truc qui me fait tenir c’est que je dois m’occuper de mon fils, que je dois être là pour l’aider dans son quotidien, l’aider à vivre avec cette putain de maladie dont il souffre depuis 9 mois et 11 jours, car lui à 3 ans 1/2 il vit des choses pas drôles…. Il va à l’école quand il n’est pas trop trop fatigué, quand il n’a pas 40 de fièvre dès le matin , j’essaie de l’accompagner comme je peux, mais dès qu’il a le dos tourné, les larmes coulent, je ne peux pas supporter de voir mon fils malade. Je suis seule quelque part même si j’ai des milliers d’amis sur FB ou Twitter, dans la vie je suis bien seule. Je ne parle pas des problèmes du quotidien qui viennent se greffer car sinon je saute direct par la fenêtre, j’admire tellement les gens qui sortent de la dépression en 2/3 mois. Elle fait partie de mon quotidien depuis 16 mois, je souhaite qu’elle disparaisse vite, je fais tout pour mais je n’y arrive pas. J’écris aussi ce billet, pour demander pardon aux gens que j’envoie chier car je ne vais pas bien , mais aussi pour  dire MERDE à ceux qui se moquent de moi ou des gens seuls, malades. C’est tellement facile derrière un pseudo, un écran de se moquer des gens.

Un jour j’irais bien, j’en suis sure mais ce chemin me paraît encore tellement plein d’embûches, sinueux et long. Et la solitude est la pire des choses qu’une personne dépressive puisse subir. Ce soir je lance un appel au secours aussi en quelques sortes, pour dire aux gens que j’aime de ne pas me laisser tomber, pas maintenant. Je prend mon traitement, je vois un psychiatre, je cherche un bon art thérapeute pour Lyon car il y a que quand je crée que je me sens un peu mieux. Alors je crée, je dessine, je cuisine, je photographie, je modèle, je fais du scrapbooking, pour essayer de me sentir un peu mieux quelques instants. Mais je souhaite que tout cela soit désormais encadré par un thérapeute.

Ce billet est écrit tard, je ne sais pas si quelqu’un le lira, mais si ça peut aider quelqu’un à se sentir moins seul en étant dépressif, ou si quelqu’un prend conscience qu’une personne de son entourage est dépressive et qu’il puisse lui tendre la main, ce billet n’aura pas été écrit pour rien. Ce soir je vais mal, je le dis, peut être dans 2/3 jours j’irais mieux ou encore plus mal, demain j’ai rendez vous pour mon fils à l’hôpital et ça m’angoisse terriblement alors la dépression prend le dessus. Et pourtant demain je me lèverais pour ma grande et mon moyen, je vais préparer mon petit pour nous rendre à l’hôpital, je le préparerai avec le coeur serré car angoissée au possible, on prendra le bus au milieu de tous ces gens qui m’angoissent et on affrontera encore le verdict des médecins. Je serais avec lui quoi qu’il se passe, mais être malade moi c’est difficile et c’est encore plus difficile quand ton petit est malade. J’ai cette impression d’être passée de l’autre côté du miroir,  de me regarder vivre ma vie, je suis juste spectatrice de ma vie à cause de la maladie j’essaie de survivre et je ne suis plus vraiment actrice…. Il y a un moment où on a besoin d’appeler au secours, besoin de se raccrocher à n’importe qui pour ne pas abandonner la vie et quand les personnes que tu aimes de tout ton coeur ne sont plus là pour toi c’est juste terrible….. C est la pire chose qu’il puisse arriver à un dépressif l’abandon….. J’assume parfaitement qui je suis, je ne me cache pas, et bosser est mon leitmotiv,  il y a peu de gens qui donnent des chances aux dépressifs mais pourtant il y en a….. Ce billet est aussi écrit pour dire que j’en ai marre quelquefois de faire semblant d’aller bien, d être heureuse. Je suis pas bien, je suis malheureuse c’est clair, un jour je vais voir le bout du tunnel j’en suis sure mais quand? Si j’ai écrit ce billet c’est aussi pour toi, pour que tu ne me laisses pas ….. Alors je vais continuer avec mes petits bonheurs de la semaine pour tenir le coup, je vais continuer à regarder mon petit garçon sourire malgré la maladie, je vais continuer à voir mon moyen exceller à l’école et je vais voir ma fille devenir une femme elle qui arrive si près de cette majorité qu’on attend tous et qui finalement ne change pas grand chose.

Publicités

23 commentaires sur « Quand on croit que c’est fini (Dépression chapitre 2) »

  1. « Don’t be sad it’s over, be happy it happened. »

    Courage. Changes ton point de vue : essaye de le voir positivement même si c’est difficile.
    Sois heureuse, tu le mérites.

    J'aime

    1. j essaie mais quand la maladie fait partie de ton quotidien depuis des années entre mon fils et moi c est juste difficile. alors j essaie avec mes petits bonheurs de la semaine, j essaie de m accrocher…..

      J'aime

      1. On ne se connaît pas du tout, mais je te le dis : accroches-toi, bats ces foutues maladies avec tes enfants, accroches toi à ces petits bonheurs qui sont plus grands qu’il le semblent.
        Forcément tout ne sera pas rose tout de suite. Mais accroches-toi. Ça viendra.
        Le bonheur finit toujours pas revenir. 🙂

        J'aime

  2. Maud. Je suis comme toi. On ne guérit pas de ce fléau en 2ou 3 mois, ou alors c’est que ce n’était pas sa forme la plus pernicieuse. Quand je te lis, oui c’est moi ta lectrice tardive de ce soir, il n’y a pas de hasard, juste des rendez vous qu’on manque… Ou pas ! Donc quand je te lis, je reprends espoir et j’ai envie et besoin de t’en donner. Ça m’a pris des années. Plus de 15… Et ces 2dernières ont été les pires. Mais je ne prends plus d’AD depuis quelques mois. Plus rien pour gerer les angoisses quotidiennes qui ne sont pas insurmontables . Et à peine un décontractant pour dormir quand une petite insomnie s’invite. Et vraiment juste parce qu’é ce moment cette trainee d’adversité s’acharne. Pourtant ce n’est pas fini cette chienlit ! Comme toi je galère côté taf, comme toi j’ai une gosse malade et une gosse tout juste majeure (ce qui n’est pas mieux parfois 🙂 je blague là bien sur))) comme toi j’ai une relation de couple qui en a pris un sacré coup dans l’aile et après toutes ces épreuves ensemble et son soutien que je croyais indéfectible : un mec sur le point de me lâcher.
    Et meme si je ne sais plus par quel bout prendre le probleme et que je sais aussi qu’il me reste encore bien des larmes à verser, et que certains moments je ne vois pas d’issue à cette spirale infernale, je ne baisserai PUTAIN pas les bras. Parce que c’est ma seule chienne de vie, à moi, et que je n’aurai pas d’autre occaze de la vivre avant une éventuelle prochaine réincarnation Merde !
    Alors Maud, résiste, emmerde les cons et les mal intentionnés et les méchantes langues de putes, bats toi, agite toi, écris, gueule, dénonce, peint, scrap, cuisine … Mais vis bordel !
    Et appelle moi demain matin parce que là il faut que je dorme, j’ai un entretien à préparer pour 11:30 . Cross fingers brave fighteuz 🙂
    Tel en DM sur FB 😉

    J'aime

  3. Comment te dire….ce texte me bouleverse. Je me suis tellement reconnue dans tes mots…la dépression ne me quitte plus depuis 13 mois…..rien n’avance. Oui faire semblant d’aller bien pour celui qu’on aime et culpabiliser de ne pas aller mieux….dur dur….
    Merci pour ces mots, moi aussi je tiens pour mes enfants. Rien que pour eux.
    Merci Maud d’avoir trouvé ces mots justes.
    Je t’embrasse fort. De tout mon coeur.

    J'aime

  4. pleins de calins ma belle, je sais ce que c’est de vivre avec quelqu’un de dépressif et de ne rien pouvoir faire pour lui, de le voir s’enfoncer sans pouvoir continuer à lutter, et puis il y a ces moments de répits, pour lui, pour nous.
    se libérer d’une dépresion en 2 3 mois, je ne pense pas que ça existe, ce n’était pas une dépression dans ce cas, c’était des épisodes dépressif. J’ai eu peur un moment d’être dépressive, parce qu’en j’en avais tous les symptomes (les pleurs incessants, la fatigue de se battre contre des chimères, le manque d’appétit, de force pour sourire pour avancer, n’avoir qu’une seule envie : rester coucher pour ne pas avoir à affronter le quotidien, alors j’ai consulté, et on m’a dit que je n’étais pas dépressive, que je faisais une dépression évenementielle, que j’en avais trop encaissé sur un court laps de temps, trop de soucis et d’emmerdes que mon cerveau et mon corps ne pouvait plus faire ça, je frôlais le burn out ! Pas de cachets pour moi, juste une remise en question, et j’ai pu sortir la tête de l’eau, j’ai des épisodes de rechutes de temps en temps, qui passent plus ou moins vite, qui laissent plus ou moins de trace, mais j’essaie de faire face.

    Pourquoi je te dis ça, parce que je pense faire partie de ces gens dont tu parles quand tu dis qu’ils se sortent d’une dépression en quelques mois, mais non, ce n’est pas des dépressions en ce qui nous concerne, alors que ce que tu vis toi oui. La dépression n’est pas une marque de faiblesse, c’est une maladie, comme la grippe ou la gastro (oui l’exemple est pas terrible certes, mais c’est pour te dire que c’est une maladie), ca te tombe dessus et tu n’y peux rien, tu ne culpabilises pas d’avoir choper la crève, alors ne culpabilises pas d’être tombée en depression, ce que tu as à affronter est assez dur pour toi et ton entourage pour que tu t’auto-flagelle en plus. Je te souhaite beaucoup de courage, et je t’envoie pleins d’ondes positives pour que tu t’en sortes au plus vite, et pour t’aider à tenir le coup en attendant !

    J'aime

  5. Ne t’en fais pas Maud tu te sortiras de ta dépression. Et ca n’est pas honteux d’être dépressif. Ose en parler, ne te cache pas quand tu prends tes médicaments : c’est une fragilité et une maladie comme une autre

    Je suis moi meme une dépressive chronique depuis… plus de 20 ans et passe par des hauts et des bas… mais beaucoup de hauts quand même, et ca c’est vraiment très positif. Un seul conseil prends tes médicaments et prends les le temps qu’il faudra. Surtout ne baisse pas les bras (mais ce n’est pas la peine de te le dire car pour les enfants on tient !).

    Tes petits bonheurs de la semaine : une super idée, continue ! Et bravo de continuer à écrire sur ce blog même quand ca ne va pas.

    J'aime

  6. coucou Maud,
    Ton texte en grande partie pourrait être le mien…..
    oh comment je comprend tes larmes, ta douleur de voire ton fils souffrir…..les angoisses des examens…avec l’attente pour les résultats en se demandant qu’est-ce qui vont encore découvrir……………..
    moi la vie et son cadeau pourri ….(le cancer de cassi fin 2004) m’ont enlevé une grande partie de bonheur et de joie de vivre…. alors petit a petit (je suis sous antidépresseur depuis 2006…) je prend une ou 2 heures des petits bonheurs qui tapent a la porte….jamais je serais de nouveau insouciante et heureuse a 100%………..mais tu verras petit a petit tu remontera la pente….et tu t’accrochera a ses petits bonheurs….mais bien sur les larmes et les angoisses seront toujours pas très loin…mais tu y arrivera a de plus en plus leur fermer la porte au nez….na……bricole, cuisine fais tout ce qui te plaît….je te souhaite de bientôt retrouver un travail ou tu pourras t’épanouir….
    je pense bien a toi a Paolo aux 2 grands………… bisous

    J'aime

  7. Je comprends ce que tu ressens parce que je suis aussi passée par là, et oui la dépression est une maladie incidieuse et sourde, pour la vaincre, c’est un combat de chaque jour qui peut durer une éternité … Après tu dois comme tu le dis faire « avec » et accepter qu’il faut du temps pour en « sortir », qu’il y à des hauts, qu’il y à des bas et que parfois ça destabilise encore plus mais c’est pour aller mieux … Maintenant pour moi tu as une force, l’écriture, l’écriture c’est un bel exutoire, avec les mots, tu peux t’autoriser à tout dire, tout sortir, sans avoir à rendre de compte à personne, tu es face à toi-même, alors lâche toi … Le regard des autres peut faire mal mais cette maladie n’est pas une honte, alors continue à te battre et à le crier très fort. Ma force dans mon mal-être ça a été mes enfants, pour eux, j’ai trouvé la force de réagir, de me battre, d’aller de l’avant même quand j’étais au fond du trou et je sais que pour toi c’est la même chose, tu as besoin d’eux, ils ont besoin de toi, alors sers toi de cette force de mère pour remonter doucement le cours de ta vie et te sentir mieux au fil du temps, pour toi, pour eux … Ce temps là c’est le tiens, alors prends le … Ne sois pas trop dur avec toi-même, c’est important pour retrouver une bonne estime de toi. Prends bien soin de toi. Tendres pensées. Sabine.

    J'aime

  8. J’en ai les larmes aux yeux Maud….
    Je connais bien les chemins par où tu passes…
    Je pense fort à toi et t’envoie virtuellement plein de douceur et d’affection.
    Tu n’es pas seule.

    J'aime

      1. je suis aussi sous depression depuis 40 jours a cause d’une dispute avec ma meuf j’aimerais bien savoir comment s’en sortir je vois le monde noir je suis toujours chez moi je passe moins de temps avec les gens j’ai 21 je veux tjs rester avec mes parents car je trouve que je suis en securité avec eux j’ai peur que je devien fou j’ai parfois des hallucinations ou des delires j’ai peur j’ai des angoisse j’aimerai bien que vous m’aider je prend pas des antidepresseurs car y’a beaucoup d’effets secondaires j »ai peur que je devien fou j’ai une vision qui trouble est ce que vous pouvais m’aider et me dire comment passer ces temps dur
        j’ai vraiment besoin de quelqun qui m’aide et qui sois avec moi
        meme avec ma meuf j’ai plus envie d’elle
        j’aimais le sport le foot la lecture les jeux intelectuel mais ces derniers temps je n’aime plus rien je peux meme pas etre seul je veux tjs etre accompagné avec mes parents ou parler au telephone avec ma soeur j’ai vraiment peur 😦

        J'aime

      2. je suis aussi sous depression depuis 40 jours a cause d’une dispute avec ma meuf j’aimerais bien savoir comment s’en sortir je vois le monde noir je suis toujours chez moi je passe moins de temps avec les gens j’ai 21 je veux tjs rester avec mes
        parents car je trouve que je suis en securité avec eux j’ai peur que je devien fou j’ai parfois des hallucinations ou des delires j’ai peur j’ai des angoisse j’aimerai bien que vous m’aider je prend pas des antidepresseurs car y’a beaucoup d’effets secondaires j »ai peur que je devien fou j’ai une vision qui trouble est ce que vous pouvais m’aider et me dire comment passer ces temps dur
        j’ai vraiment besoin de quelqun qui m’aide et qui sois avec moi
        meme avec ma meuf j’ai plus envie d’elle
        j’aimais le sport le foot la lecture les jeux intelectuel mais ces derniers temps je n’aime plus rien je peux meme pas etre seul je veux tjs etre accompagné avec mes parents ou parler au telephone avec ma soeur j’ai vraiment peur 😦

        J'aime

  9. Pour en savoir plus sur les causes de la dépression, à savoir, l’accumulation de trop de souffrances ressenties et toujours présentes, vous pouvez aller faire un tour sur ce site. l’hypnose l’emdr, l’eft peuvent vous aider, dans le cadre d’une vraie thérapie brève, à vous en sortir. Ca aidera votre fils de vous voir bien mieux.

    J'aime

  10. Bonsoir Maud, ton texte me touche tant, je me suis reconnue dans cette souffrance, dans ce parcours si dur, dans cette solitude, dans cette incompréhension des autres qui si ils étaient à ta place …. Si tu souhaites échanger sur tout et sur rien tu sauras où me trouver. Prends soin de toi et des tiens. Une amie.

    J'aime

Ajoutez votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s