Entre gris clair et gris foncé (ou bien 50 nuances de Grey)

nuances de gris

Non je ne vais pas parler de mon amour pour Jean-Jacques Goldman et ses chansons., ni écrire un article pseudo-érotique. Dans la vie je ne sais pas trop nuancer les choses. C’est à dire j’aime ou j’aime pas, je trouve ça joli ou je trouve ça moche. Je veux y aller avec enthousiasme ou je reste ici. En général c’est comme ça pour tout. J’ai besoin de passion, de vibrer, je ne sais pas faire les choses quand je n’en ai pas vraiment envie.  Que ce soit en amour ou en amitié, que ce soit pour organiser quelque chose, pour le travail, j’aime me lancer à fond. Je ne sais pas faire avec parcimonie (sauf en cuisine, j’épice mes plats  sans trop d’insistance).J’ai en effet  besoin de passion pour vivre, dans tout ce que je fais, dans tout ce que je vis. Bien souvent à mon détriment car ça ne plait que rarement la passion mais c’est ainsi que je suis faite. J’ai été élevée avec ce tempérament du sud, si passionnel  et ce tempérament normand qui lui aussi est bien butté.

J’essaie avec le temps d’être moins dans la passion mais je n’y arrive pas vraiment. Tout ce que je fais, tout ce que je ressens faut que je le ressente à fond, faut que je sois hyper enthousiaste pour faire les choses. Par exemple quand j’organisais un week-end il fallait que tout soit aussi dans la perfection et là j’étais super heureuse, si quelque chose clochait,  ça réussissait à que je ne sois plus super enthousiaste et du coup que je ne veuille plus partir.

La perfection, la passion font partie intégrante de ma vie. Quand je cuisine par exemple je suis passionnée mais aussi perfectionniste. Je crois que mes enfants pourraient prendre une crise de nerfs par exemple quand je mets les pommes parfaitement alignées dans ma tarte aux pommes, je ne laisse pas grand chose au hasard en fait.

Pareil si je lis un livre, qui ne m’emballe pas je suis capable de le donner, alors que ceux qui me connaissent vraiment, savent à quel point un livre peut-être précieux pour moi.

Dans la vie je marche au coup de foudre, à la passion pour les gens, pour un tas de chose, sans passion je ne vis pas.

Mais en contre partie je sais que trop bien qu’on ne peut pas forcer les gens à nous aimer… Les gens pour la plupart vivent avec moins de passion que moi. J’en vois des autres gens passionnés, mais je vois surtout des gens qui arrivent  à nuancer leur vie, parfois j’aimerai savoir faire cela, on a surement moins mal quand on arrive à voir toutes les nuances entre gris clair et gris foncé.  Moi souvent je vois blanc ou noir et parfois, c’est une grande souffrance mais c’est aussi ce qui dirige ma vie cette passion.

Publicités

2 commentaires sur « Entre gris clair et gris foncé (ou bien 50 nuances de Grey) »

  1. j’étais comme toi, jusqu’à ce que je trouve que ça me coûtait beaucoup d’énergie, et je me suis mise à nuancer, attendre, ralentir tout en restant capable de m’emballer pour des choses qui me tiennent à coeur, du coup il y en a beaucoup moins mais des valeurs sûres

    J'aime

Ajoutez votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s