Il s’appelait Aylan Kurdi, il avait 3 ans.

turquie plage
( Crédit photo )

Je ne sais pas quel titre à donner à mon billet. Je ne sais pas comment le tourner et pourtant j’ai besoin d’écrire ce billet. On ne peut pas passer à côté de cette image triste de cet enfant mort échoué sur une plage, là même où des gens prennent du bon temps à se baigner alors qu’ils sont en vacances, une plage un peu comme celle ci en dessus.

Ce petit bout avait  3 ans,  originaire de la ville de Kobané à la frontière de la Syrie et de la Turquie. Ce petit n’a pas demandé à être sur une embarcation et de mourir avec sa maman et son frère. Il avait 3 ans, il était un peu plus jeune que mon fils. Et nous que faisons nous? On se bat pour savoir si gens là on doit les appeler migrants ou réfugiés! 

Ces gens là, Aylan,  des gens de sa famille, de son village, de son pays fuient par millions leur pays en guerre.  Et nos états que font-ils aujourd’hui? Je ne suis pas assez calée en géopolitique même si je m’y intéresse beaucoup, oui le président Syrien n’est pas un saint mais il se bat contre Daesh mais aujourd’hui que peut il faire sans que nous les puissances mondiales ne l’aidions?

Alors oui certains diront  l’Europe ne peut prendre en charge tout cet afflux de gens, mais peut-on  pour autant laisser crever les gens encore et encore sans prendre conscience réellement de cela?  Cette image, est insoutenable pour moi et pour bien des gens, car enfin prendrait-on conscience de l’horreur juste là sous nos yeux? On se rend compte que la guerre ne tue pas spécialement des adultes mais que ça tue à tous les âges, que ça détruit un pays même en 2015. Que 2 millions de syriens auraient voulu rejoindre la Grèce, porte de l’Europe, porte de la liberté? Mais combien de morts, entre ceux qui affluent vers la Grèce, ceux qui rejoignent les côtes italiennes?

Je ne peux regarder cette image sans penser à mon petit garçon qui a l’âge du frère d’Aylan lui aussi mort. Je ne peux m’empêcher d’avoir mal au ventre, je ne peux m’empêcher de pleurer sur cette image que je vois de partout.  Je ne peux m’empêcher de penser à ce jeune adolescent Ali qu’on a recueilli à la maison dans les années 80, il était fils de médecin iranien, ses parents l’ont confié à mes parents pour fuir le régime de Khomeini, pour que ce même ne parte pas faire la guerre. La guerre on la vivait à travers les mots de Ali, à travers les courriers de ses parents, on y voyait la détresse d’humains dont le pays est en guerre, on voyait qu’ils voulaient tout faire pour rester en vie, que ces parents faisaient tout pour sauver la vie de leur fils.

Aujourd’hui plus qu’un être de ce monde, je parle avec mon coeur de maman, je pense à la souffrance que doivent ressentir ce(s) peuple(s) en guerre. J’aimerai aider, j’aimerai que l’humanité toute entière, puisse faire quelque chose, qu’on se batte tous pour que la guerre n’existe plus. Que nous prenions conscience qu’on fait tous partie de l’humanité, qu’on est tous frères et amis et non ennemis. Mais comment faire quand même parfois ton voisin te pourrit la gueule pour une porte qui claque. L’homme est suffisant, l’homme est égoïste, l’homme est malveillant. J’aimerai tant que la courbe s’inverse.

Oui d’autres nations ont fui leur pays, je pense aux Espagnols, aux italiens, aux portugais, aux algériens et ils sont allés vers d’autres pays où ils pensaient être mieux.  Hier on voyait aux portes des boutiques interdit aux chiens et aux italiens, aujourd’hui peut-on dire non aux syriens? Que font nos politiques? Que faisons nous? Comment combattre tout cela, comment aider ces peuples en guerre? Comment ne plus voir de milliers de morts, comment ne plus voir encore de petits « Aylan » sur les plages. Le monde a échoué quelque part, et ces peuples s’échouent sur nos plages juste là devant nous.

Repose en paix petit ange. 

Advertisements

3 réflexions sur “Il s’appelait Aylan Kurdi, il avait 3 ans.

    • soares dit :

      C’est horrible… Des milliers d’Aylan meurent chaque jour…. noyés, exécutés, fusillés…. Malheureusement, il est né du mauvais côté… Là où le gouvernement est prêt à tout pour assouvir ses buts de pouvoir… Le Président syrien détruit son peuple… Depuis le printemps arabe, le pays est un véritable camp de concentration… Il devrait être jugé pour crime contre l’humanité…. Il est vrai qu’en Europe, les médias ne vous montrent pas tout, car il y a de grands enjeux économiques, comme pour toutes les guerres… Sur les chaînes d’info arabes, le portrait de ces « présidents » est tout autre et les infos ne sont pas du tout les mêmes…
      Le pouvoir rend les gens malades…. Ils ne pourront jamais vivre main dans la main…
      Et en attendant, des milliers de petits Aylan, paye un lourd tribu pour ces guerres entre fous….

      J'aime

      • maud dit :

        tu ne comprends pas tout non plus visiblement j’ai des e
        amis au Pakistan et en Syrie et il ne se passe pas ce que tu nous dit. c est vrai que c est mieux de se faire fusiller par l’EI, ou Daesh…… Bref…….

        J'aime

Ajoutez votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s