Ce satané sentiment d’abandon ou comment aimer après ça?

grande-roue -abandonnee-
(image trouvée ici)

La vie tourne, et elle entraine avec elle tout un tas de valises qu’on porte ou qu’on arrive à lâcher en route.Et puis il y a la sensibilité de chacun, chaque être humain n’est pas égal à un autre.
Quand j’étais petite, que j’allais chez mes grands-parents que je devais quitter ma mère c’était tout un drame. J’avais peur de l’abandon. Oh que oui j’adorais mes grands-parents maternels, mais lâcher ma mère, ma maison c’était un déchirement.
Et puis il y a eu le divorce, un père plus du tout là pour SES enfants mais bien présent pour les enfants de sa nouvelle compagne. On nous le faisait bien remarquer, les gens tsssss….. Alors j’ai appris à me construire sans ce père, sans ce repère, avec ce sentiment d’abandon par celui de qui je venais. Souvent nos coups de fil étaient au nombre de 3 ou 4 par an (fête des pères, anniversaire commun, noël et jour de l’an) et ma mère dévastée par le chagrin suite au divorce a fait une reconversion professionnelle, elle se tuait dans le boulot, pour ne plus penser je pense. Alors en plus de ne plus avoir de père, je n’avais plus de mère. Heureusement mes grands-parents maternels étaient là, présents aimants pour leurs petits enfants. Mais car il y a un mais, l’absence des parents étaient là, et ma grand-mère était gravement malade (hémiplégie avec une amputation d’une partie de la jambe droite) ce qui m’a longtemps hanté. J’avais peur qu’elle m’abandonne elle aussi.
Je me souviens quand elle est tombée malade j’avais un peu plus de 7 ans, je n’ai plus voulu manger, je ne dormais plus beaucoup si bien que ma maîtresse a demandé aux parents de me garder quelques temps à la maison. Et là je suis allée avec mon grand-père qui lui aussi se retrouvait seul sans sa femme hospitalisée. Il a pris soin de moi, comme moi j’étais là pour lui et on allait voir ma grand-mère tous les jours à la clinique. Il avait une partie de lui même en moins, elle ne parlait plus, ne marchait plus avait tout le côté droit paralysé. Parenthèse finie.
L’adolescence, une rencontre à un peu plus de 14 ans du père de ma fille, 5 ans 1/2 d’amour, et puis un coup de canif dans le contrat, séparation moi enceinte de 6 mois 1/2…. Puis abandon de cet amour là, un mec qui abandonne sa fiancée et sa fille. Tout après a été en fonction de ça, peur de l’abandon encore plus grand je revoyais le scénario de mes parents.
Relation après 2 autres enfants, 2 autres séparations mais plus vraiment ce même sentiment d’abandon, une forteresse c’était faite autour de moi, même si des relations de plus de 5 ans tu ne les oublies pas c ‘était plus pareil, on m’avait abandonné une fois, donc forcément on m’abandonnerai de nouveau.
Il y a presque 4 ans je me suis mise avec quelqu’un, je ne fais pas un procès à cet homme là, loin de là ma pensée. Un amour avec des tornades, il a fait un ravage en moi, et la peur de l’abandon est revenue, une histoire compliquée, la distance n’arrangeant rien. J’avais peur il le savait, je crois que cette histoire a été conditionnée par cette peur de l’abandon. Aujourd’hui cette histoire est terminée depuis 1 an et quelques jours. Aujourd’hui il a été sans aucun doute une personne très important de ma vie. Cette histoire m’a fait du mal certes, aujourd’hui plus que jamais j’ai peur de l’abandon, mais cette histoire m’a apporté énormément de choses. Tout simplement sur le fait que j’ai appris jusqu’où je pouvais aimer, supporter par amour, apprendre à attendre, souffrir par amour mais aussi rayonner par amour. De cette relation est née une Maud qui a grandi, mais une Maud qui a peur un peu plus qu’avant encore de l’abandon. Jusqu’à ce jour j’ai fait la lâche, depuis un an j’ai fui les hommes qui pouvaient s’intéresser à moi, personne ne pouvait égaler ce dernier amour, et je me dis lui qui disait tant m’aimer pourquoi m’a-t-il abandonné aussi?  Et puis il faut que la vie continue, je me laisse doucement mais surement apprivoiser de nouveau, il le faut car tout le monde a le droit d’être heureux, je souris de nouveau, je déconne comme j’ai pu le faire il y a 4 ans, j’apprends à me faire confiance de nouveau, j’apprends que le seul abandon qui doit me faire mal c’est le mien. Alors je lâche un peu du lest avec mes enfants, je ne les surprotèges plus, je leur apprend que même si je suis pas H24 avec eux, je les aimes de tout on coeur. Et bien évidemment je ne cesse de leur dire « je t’aime », la parole qui donne des forces, celle qui m’a le plus manqué quand j’étais enfant sans doute de la part des parents. Je fais d’eux des êtres bien plus forts que moi, qui n’ont pas peur d’une séparation de quelques heures, quelques jours ou même quelques semaines. Ils savent que je n’abandonne personne, que quoi qu’il se passera je suis toujours là pour eux. Je suis cette maman de petits oiseaux cachés dans le creux des mains, qui petit à petit sortent leur tête puis déploient leurs ailes pour aller voler, parfois plus loin que d’autres, mais qui savent que chez moi ce sera toujours leur nid où règne un grand amour. Et pas question d’abandon pas de pleurs déchirants lors des séparations, on sait qu’on se retrouvera toujours.

Publicités

3 commentaires sur « Ce satané sentiment d’abandon ou comment aimer après ça? »

  1. Comme je comprends ce sentiment, c’est là au fond de moi, tapis, il revient souvent, me bouffe mon énergie, ma volonté, ma force, m’aspire vers le bas, pourtant je sais d’où il vient, je le combat quand il est là mais parfois il est trop fort. Bon courage, bises

    J'aime

  2. La vie comme un cercle… Ensemble, séparation, abandon, et on recommence. C’est idiot mais tellement humain.. La vie est un cercle pas très vertueux, mais ressentir la peur du vide, d’être abandonné … C’est être vivant !
    Soit vivante !

    J'aime

  3. Bonjour, très beau texte, plein de sincérité! Ca me parle tellement….la peur de l’abandon, la dépendance affective, les histoires qui se répètent!! Mais on grandit à travers ces expériences et on essaie d’être soi même pour être plus forte et plus vivante! Beau chemin parcouru et je vous souhaite de continuer ainsi. J’aime beaucoup votre blog et votre façon d’écrire si sensible

    J'aime

Ajoutez votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s