Slow life, slow food etc….

677b7be3dd07ed525a818dfd663ea4a2.jpg
( source image )

Ceux qui me suivent depuis longtemps ou me connaissent en vrai savent que l’alimentation est importante pour moi. Je n’aime pas manger de la bouffe industrielle (oui j’utilise le terme bouffe exprès), alors je cuisine, mais je ne cuisine pas n’importe quoi. J’aime acheter des bons produits au bon moment chez des petits paysans ou  bien des « bricoles » qui ont poussées chez moi. (framboises, tomates, basilic, fraises). J’aime avoir de la nourriture qui a du goût. Bien sur on peut avoir des tomates qui ont poussées sous serre en quelques jours en plein mois de décembres mais elle n’auront aucun goût elle auront une chair farineuse et j’en passe. Alors je préfère 1000 fois manger des légumes et des fruits  qui auront pris le temps de pousser en pleine terre ,avec les aléas météorologiques. C’est cela le principe du slowfood (tiens voici le lien de SLOWFOOD FRANCE )  c’est de manger des choses qui ont pris le temps de pousser/grandir et pas des trucs bourrés de saloperies. Pour la petite histoire SlowFood a été créé en 1986 à Bra ( une ville que je connais bien grâce à mes parents) par Carlo Petrini. J’ai pris conscience il y a  bien longtemps qu’on ne pouvait pas manger des tomates fraiches en hiver, j’avais un père très pris par son boulot mais il jardinait lors de son temps libre,  alors j’ai appris toute petite à attendre patiemment au fil des saisons les légues et les fruits.

Pour ma vie c’est désormais pareil, j’essaie de faire les choses en apprenant à m’adapter au temps et pas de faire le temps s’adapter à moi. En effet depuis que je me réveille beaucoup plus tôt, j’ai cette impression d’avoir de vraies journées car ce temps pour moi est plus que nécessaire pour ne pas stresser dès le réveil. J’ai ce temps rien que pour moi, sans enfants, où je prends le temps de méditer, de marcher j’arrive à retrouver un calme intérieur. Alors que quand je me levais en même temps que les enfants je n’avais le temps de rien, j’avais cette impression de courir, de ne faire que cela. J’ai appris à écouter plus mon corps. Je prends aussi du temps pour beaucoup plus marcher, et j’aime cela. J4avais dit une moyenne de 8 000 pas par jour, j’en suis bien au dessus. Alors je marche en accompagnant mon dernier à l’école, mais aussi parfois je vais marcher le soir avec les enfants ou seule (en Italie on appelle ça la passeggiata) . Quand je suis avec les enfants, nous parlons de notre journée, de ce qu’on a fait à l’école ou au travail et quand je suis seule je profite de ce temps offert pour appeler des personnes avec qui j’ai envie de parler ou bien écouter une musique qui me fait du bien.

Avant je voulais faire des milliers de choses à la fois, j’ai depuis bien ralenti mon rythe, j’ai vu les effet néfastes sur ma santé ces dernières années et bien sur encore plus ces derniers mois que de vouloir toujours en faire plus. Chaque jour je me dresse une liste de choses à faire, quand je rentre mais si ce n’est pas tout fait c’est fini de me rendre malade, je reporte au lendemain les tâches non effectuées. Pourquoi se rendre malade, on court déjà assez tout le temps par des obligations alors pourquoi ne pas prendre le temps d’accomplir bien les choses plutôt que de tout vouloir faire et de bâcler la plupart du temps les choses.

Alors oui je préfère manger des légumes qui auront du goût plutôt que de la bouffe insipide, je préfère prendre le temps de vivre plutôt que la vie ne m’emporte où je ne veux plus aller.

Et toi, as tu conscience de tout cela?

 

 

Advertisements

Ajoutez votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s