Écrire pour ne pas mourir

SAMSUNG CSC

En me connectant sur Facebook, ce que je fais plus vraiment j’ai vu un partage d’un texte que je suis allée lire. J’ai été interpellé par le titre « écrire ou mourir ». Et moi je me suis reconnue dans ce texte, dans cette douleur si vive, si grande, si trucidante.

Souvent j’ai écrit quand ça allait super mal, j’ai écrit sur papier, sur ordinateur, sur mon téléphone pour ne pas commettre l’irréparable. Il y a bien des fois où j’ai voulu que cette vie pleine de souffrance s’arrête. Et puis je me secoue, je crache cette douleur sur papier, j’explique mes maux avec mes mots ou bien je fais sortir mes mots de mes maux.

Je pense que l’écriture est pour moi très salvatrice.  J’ai des tonnes de cahiers jamais réellement terminés où ont été écrits les mots des maux. Je ne dis pas que c’est un chemin de guérison (enfin dans le processus de guérison l’écriture peut aider comme d’autres choses), mais juste un truc qui sauve à un instant T.

J’ai souvent ce besoin d’écrire quand la vie est trop lourde, que je sens sur mes épaules des années de mauvais choix ou de choix de la vie. Je mets toujours le même genre de musique pour écrire, je m’assois à mon bureau et j’écris. J’écris jusqu’à ne plus en pouvoir, j’écris souvent des choses qui seront illisibles même pour moi, car les larmes seront venues effacer l’encre sur la feuille.

J’ai aussi ce sentiment d’écrire pour rester reliée à la vie, qu’il reste un petit bout de moi si j’écris. J’ai aussi écrit parfois des lettres d’amour, des lettres d’adieu, des lettres d’explications, des lettres remplies de joie. Ecrire pour ne pas mourir ne veut pas dire forcément mourir au sens propre du terme, mais laisser trace écrite de ce que je peux ressentir. On rit, on pleure, on écrit on est en vie. Pour moi il est tellement plus aisé que de parler, écrire c’est parler la bouche fermée. Et les écrits restent vachement plus que les paroles en plus je trouve.

Voilà petit billet à la va-vite, un mercredi soir après avoir passé deux semaines sans vraiment revenir sur ce blog.  Pourtant j’ai tellement de choses à raconter, j’ai passé un super moment aux Houches dans un hôtel au top. J’ai les bonheurs de mars à publier, enfin plein de choses à partager ici. C’est aussi ma façon à moi de ne pas mourir dans le coeur des gens que j’aime, même si je devais mourir demain , il y aura toujours cette partie de moi quelque part sur dans le tiroir de quelqu’un, où un jour j’ai griffonné quelques mots.

Publicités

Ajoutez votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s