À toi qui n’as rien compris

mon fils

Cette lettre s’adresse à toutes les personnes qui ont un regard méprisant sur des gens différents.

Salut toi

Je suis Maud j’ai 40 ans, je suis la maman de Paolo 7 ans, qui est en cp et sur cette photo ci-dessus. Et toi hier soir tu as eu l’oeil critique sur mon fils. Oh oui tu vas me dire on a tous l’oeil critique sur quelqu’un. Sauf que là tu as eu des paroles méchantes. Je te rappelle les faits, mon fils avait son spectacle de la chorale de l’école, à un moment donné il est venu sur moi pour se réconforter car ce petit garçon est malade depuis 4 ans 1/2, il a une maladie auto-immune  et nous avons découvert avec la maitresse qu’il a des problèmes de dyspraxie. Je vais pas te dire ce que c’est la dyspraxie, tu es une grande personne tu vas aller chercher sur le net. Avant d’avoir mon fils, je ne savais pas quelle chance c’est d’avoir un enfant en pleine santé. Pourtant mon fils avec tous ses problème est un petit fabuleux comme jamais je n’aurais imaginé avoir

Mon fils est un enfant angoissé, et il lui faut une force énorme pour surmonter ses peurs et hier soir il a pris sur lui pour chanter les chansons avec ses compagnons de chorale. Comme il est en CP il a chanté dans le premier groupe et juste avant il avait très peur, il pleurait, j’ai demandé si je pouvais lui faire un bisou, on m’a donné l’autorisation. J’ai donné un bisou à mon fils et je lui ai dit « mon amour sers moi fort contre toi et prends toute ma force pour que tu puisses aller chanter avec tes copains ». Chose faite, je lui ai demandé si ça allait mieux, il m’a répondu que oui. Alors je suis repartie m’asseoir avec son frère. Je ne l’ai pas lâché du regard, j’ai vu qu’il avait son balancement de tête, c’est un moyen pour lui pour de s’enlever le stress. Je l’ai vu chanter, même si un peu dans son coin, mais je l’ai vu faire ce que je lui avais demandé et même si je ressentais ses angoisses j’étais fière. Fière car tu ne peux pas imaginer à quel point il en a fallu à mon petit garçon du courage pour qu’il fasse ce spectacle, combien de force il m’a fallu pour ne pas le garder avec moi et l’enlever des regards de tous. Tu vois toi ou même toi qui faites partie de la famille d’enfants scolarisés dans l’école où se trouve mon fil, tu as osé dire regarde ce débile, ou l’enfant accueille un enfant autiste? Mais punaise pour qui tu te prends? Je suis en colère car tu as dit des paroles méchantes sur mon fils. D’une part mon enfant n’est pas autiste et même s’il était besoin de pioupiouter sur le cas d’un enfant? Et toi qui a dit qu’il était débile avec ton conjoint à côté de moi et que moi je t’ai dit « ça ne te dérange pas trop de critiquer mon fils? » et que tu t’es retournée en gloussant. Il m’a fallu une force énorme pour ne pas venir te faire manger tes paroles avec une bonne paire de claques. Oui mon fils est un enfant à part, tu as raison. Il est exceptionnel sur plein de choses. Je te souhaite jamais d’avoir un problème de santé sur une personne de ton entourage et qu’on lui porte un regard méchant et critique comme tu l’as fait hier. Tu sais j’ai été confrontée à ce regard là bien des fois, de la méchanceté humaine et ce dès très jeune. Ma grand-mère a été amputée d’une jambe alors que je n’étais qu’une enfant, le regard des gens sur elle ont été abominables pour l’enfant que j’étais, mais il y a aussi ce regard sur ce petit garçon qui porte des appareils auditifs à l’école, ou sur mon ami né sans bras et sans jambes.

Ce que je veux te dire c’est que mon fils ou d’autres personnes handicapées sont comme elles sont. Il est hors de question qu’elles changent de chemin pour ne pas te croiser, croiser ton regard plein de méchanceté. Ces gens là sont bien plus riches d’humanité et de complaisance que toi. Ce n’est pas à eux à se cacher, mais à toi soit d’apprendre ce qu’est la compassion, soit à ne plus sortir de chez toi pour cesser de voir ceux qui visiblement, gênent ton regard.  J’ai de la chance d’avoir ce petit être qui comprend combien la vie est précieuse,  qui sait la compassion et le pardon. Bien sûr tu ne seras pas la dernière personne, mais regardes toi dans une glace, crois-tu être une personne si parfaite? Si tu t’estimes parfaite eh bien je te conseille de regarder un peu plus profondément et de voir que dans ton coeur la perfection est loin d’y être ancrée.

On a une chance inouïe d’avoir nos enfants dans une école qui ne stigmatise pas les élèves, où l’équipe enseignante est là pour nos enfants. J’espère de tout mon coeur que ton enfant ne grandira pas avec ta haine de l’autre, mais que lui grandira avec amour et compassion. Hier mon fils n’a pas entendu tes critiques ni à toi, ni à toi. Moi je n »ai entendu que celle où on disait que mon fils est débile. Les mots sur l’autisme ont été rapportées par ma binôme à l’école. Car oui je m’occupe un peu de la garderie  à l’école, je m’occupe peut-être de ton enfant. Je suis confrontée à différents soucis avec les enfants, peut-être les tiens? Entre les enfants qui ont un souci de santé, un bleu au coeur ou parfois une blessure plus profonde, je suis là. Je ne pense pas faire des miracles, mais je suis là, là pour ces enfants qui ne sont pas les miens et que pourtant avec qui je parle quand ils ont besoin, je suis parfois un peu une transition entre l’école et la maison, un peu une confidente, un peu une infirmière pour les petits et gros bobos et je te passe les rôles que j’ai pour m’occuper de tous ces enfants au profil physique et psychique bien différent. Ils ont tous quelque chose pour que je me souvienne d’eux jusqu’à la fin de ma vie, car on s’y attache qu’ils soient en pleine forme ou pas. Je n’ai jamais fait de différence entre un enfant bien portant et un enfant handicapé, car pour moi ils sont tous uniques avec leur(s) spécificité(s). Ils ont tous ce petit truc qui font que je m’y suis attachée.

Alors toi l’inculte je te laisse dans ta bêtise, je te laisse dire des phrases assassines car personne ne pourra t’en empêcher mais saches que mon enfant m’apporte toutes les joies du monde est même s’il est différent du tien, même s’il ne convient pas à ton regard méprisant. Je ne voudrais échanger mon fils pour rien au monde car il m’apporte bien plus que n’importe qui sur terre, et c’est ce qui fait ma force aujourd’hui. Merci à toi de me faire une fois de plus réaliser à quel point j’ai de la chance d’avoir ce petit garçon là et de me faire comprendre qu’il y a qu’une chose infinie chez toi c’est la connerie, et chez moi c’est l’amour pour mes enfants.

Maud

Publicités

14 commentaires sur « À toi qui n’as rien compris »

  1. Bravo pour votre article, fort bien écrit.
    J’ai une fille, née avec une oreille mal formée. Elle n’entend donc pratiquement rien d’un côté. Elle sait affronter les regards et répondre aux paroles méchantes car nous lui avons appris, dès son plus jeune âge que, souvent, l’ignorance des gens les conduit à dire n’importe quoi. Quand il le faut, elle explique son handicap. A la rentrée, elle rentrera en 4e, c’est son deuxième saut de classe. Elle n’a fait qu’un jour de moyenne section, elle est donc quasiment passée de la petite section à la grande section. Elle est douée dans toutes la matières et réussit brillamment tout ce qu’elle entreprend. Elle a une volonté à déplacer les montagnes. C’est sans doute cette force qui lui permet d’affronter les éventuelles difficultés (moqueries, propos débiles, regards déplacés) liées à son handicap.
    Bon courage… Bonnes et heureuses vacances pour votre fils.

    Aimé par 1 personne

  2. C’est tellement triste qu’encore aujourd’hui des gens se permettent ce genre de remarques… Notre société manque tellement d’empathie. Bon courage en tout cas! J’ai des élèves dys, et je vois bien à quel point certaines choses banales pour nous peuvent être difficiles pour eux! Alors tant mieux s’il est entouré de tout ton amour et ta force, ça ne peut que l’aider! 🙂

    J'aime

  3. Il se croit riche et en fait est pauvre.
    Ton Paolo a beaucoup plus d’humanité, de profondeur, de compréhension que ce parent n’en aura jamais.
    La vie avec un enfant malade ou handicapée n’est pas toujours facile mais ceux qui la vive la croque à pleine dent et en profite eux!

    J'aime

  4. Bienvenue au Paradis,
    C’est la règle. Les gens ont toujours besoin de parler pour critiquer.
    Quel’que soit ton môme, ils trouveront quelque chose à critiquer, c’est ça qui remplit leur vie. Pareil pour toi, pour ta vie, … A croire qu’ils n’ont rien à faire de leur temps et surtout de leurs bouches.
    Il faudrait aussi expliquer à ton fils que ces comportements sont stupides, si possible même lui apprendre à en rire

    J'aime

  5. Bonjour Maud,
    Il y a des cons et des imbéciles partout!!!
    Continues, bats-toi pour ton petit bonhomme!!! Je ne peux que t’envoyer mon amour et ma bienveillance de là où je suis mais je te les envoie.

    J'aime

  6. Cette méchanceté gratuite, venant d’un adulte, d’un parent en plus, me dépassera toujours… Et que cette dame rigole en plus… pfff, naze…
    Courage pour affronter ce genre de remarques blessantes et débiles…

    J'aime

  7. Je ne comprendrai jamais cette méchanceté gratuite … qu’est-ce qu’elle apporte à ceux qui la déverse ?? Je ne pense pas que ce brave monsieur en soit sorti plus heureux, ou plus drôle, ou plus quoi que ce soit d’ailleurs.
    Je vis peut-être au pays des Bisounours mais au moins je peux me regarder dans un miroir en me disant que je n’ai pas volontairement blessé une personne.

    J'aime

  8. Comme j’aurais eu envie de les défoncer ces 2 gros cons ! Ma mère est malvoyante alors les remarques à la con j’en ai entendu aussi. Mieux vaut ne pas le faire devant moi, je mords ! Ça me révolte encore plus qu’on puisse s’attaquer à un enfant.

    Aimé par 1 personne

  9. Très chère mère (Maud), tu es une femme admirable et je te comprends tellement. Encore aujourd’hui, et ce ne sera jamais fini, on regarde ma fille comme si elle dérangeait la société. Si elle pouvait comprendre le regard de certaines ordures, je crois que par moment, elle songerait au suicide.

    Heureusement, je ne crois pas que ce soit la majorité qui soit ainsi. Seulement, ceux-là nous font tellement de mal que ça nous déstabilise. Puis on voudrait s’enfermer, se réfugier quelque part ou plus personne ne pourrait nous atteindre. Jusqu’au jour où nous levons la tête (comme tu sembles bien le faire) et apprenons à les ignorer…tellement, les ignorer. Parce que, tu sais, nous n’aurons jamais honte de nos enfants, alors qu’eux, ces gens méprisants, ne sont rien, ils n’existent pas. Que du vent qui passe au-dessus de nos têtes. Ce n’est pas toujours facile de les ignorer, j’avoue, ayant dernièrement, dévisager froidement un homme qui jetait un regard haineux sur ma fille. L’aurais découpé en petits morceaux…mais bon, je suis pacifique, alors il s’en est bien tiré…pffff.

    Sois fière de ton petit et je te souhaite de trouver toute l’aide qu’il te faut pour avancer avec lui dans la vie.

    T’embrasses fort,
    Denise

    J'aime

Ajoutez votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s