Méditation, lâcher prise, gratitude et spiritualité…

stained-glass-1181864_960_720.jpg

Allez on continue sur le POSITIF… Et là je vais vous parler de ces choses qui me font du bien. La méditation fait partie de ma vie depuis quelques mois, je ne suis pas hyper régulière en ce moment. Je ne vais pas trouver 1001 excuses à dire c’est parce que j’ai trop de choses à faire, j’ai mon fils en vacances et j’en passe, non tout simplement car je manque de rigueur pour ça. Mais bon je vais me reprendre en main, sur mon Bullet Journal j’ai fait un tracker et j’ai mis la méditation dedans. On dit que les habitudes il faut 21 jours pour les prendre, donc allez hop on va se tenir et non pas essayer de se tenir à ça afin que je puisse reprendre la méditation de façon durable et que je puisse en ressentir les effets sur le quotidien mais aussi sur le long terme.

Méditer pour moi c’est s’ancrer dans le moment présent. C’est aussi pour diminuer l’anxiété, les douleurs c’est scientifiquement prouvé. Je ne vais pas vous cacher que quand je médite plusieurs jours d’affilé je ressens moins d’angoisses, mais parfois je suis une vraie tête de mule, et pas assez rigoureuse à prendre soin de moi. La méditation sert à lâcher prise et c’est important en cas de stress, d’angoisses, d’insomnies etc… Le lâcher prise c’est cesser de vouloir tout contrôler en permanence, de ne pas gaspiller du temps, de l’énergie pour rien.

Il y a 2 semaines, Thierry m’a envoyé cette vidéo et aussi celle-ci. Elles m’apportent beaucoup. Il faut les regarder à plusieurs reprises. Ça aide à se recentrer sur l’instant présent, à avoir une vision de soi réelle. J’ai retenu de ces vidéos qu’on essaie en permanence de tout maitriser alors qu’on ne maitrise rien. Faut arrêter de voir tout en noir, faut laisser la lumière que nous sommes nous revenir en mémoire, d’aborder les autres avec amour. La perception de nous est souvent faussée, par la peur, les angoisses, le manque d’amour, la manipulation etc… La clé de tout est l’éveil de conscience. C’est de manière individuel qu’au final tout se passe pour en faire quelque chose de collectif.  La relation avec les autres revient toujours à soi au final. Par exemple quand on a une relation tendue avec quelqu’un oui certes c’est difficile, on peut rejeter la faute sur l’autre et se laisser bouffer par cette relation difficile ou bien faire le choix de revenir à soi et de ne plus voir cette relation comme ça, de prendre une certaine distance je dirais. On a tous nos travers, on a tous nos défauts mais quand on se recentre sur soi, on fait surement moins attention aux défauts des autres, de ce mal qu’ils peuvent nous faire. Attention le lâcher prise n’est pas tout accepter, mais c’est cesser de vouloir tout contrôler. Nous ne sommes pas maître du temps, pas maître des autres non plus. Envoyer de l’amour, envoyer du rayonnement autour de soi est sans doute bien plus bénéfique que d’envoyer du négatif, du pessimisme, de la haine. Ces deux vidéos m’ont fait beaucoup de bien, je me recentre un peu plus sur moi, et j’ai pu dire stop à des relations toxiques. Je ne veux plus que les autres influent sur ma vie, sur mon quotidien, sur mes décisions, je dois faire les choses pour moi et rien que pour moi.

Je deviens un peu plus « sage » avec le temps, surement que j’ai appris beaucoup de moi avec cette psychothérapie, j’en ai encore beaucoup de chemin à faire. La méditation m’aide à m’ancrer dans l’instant présent, et à lâcher prise aussi en me recentrant sur moi. Je ne dis pas que les autres ne sont pas importants dans ma vie, non bien sûr que non, juste que j’apprends à me détacher de leur approbation, de leurs jugements, de leur regard qu’ils posent sur moi. Ce que je fais, je le fais pour moi car c’est bon pour moi, et si je rayonne de l’intérieur en faisant des choses bonnes pour moi, il y aura du bonheur qui viendra à découler de moi. Donc pour moi il est important de lâcher prise et c’est en cela que la méditation m’aide. En effet pendant qu’on médite (ou même en faisant de la sophrologie) on se recentre sur soi même, sur les sensations que notre corps ressent. Prenons un exemple concret, quand je suis angoissée, l’angoisse vient de l’extérieur, par peur des gens, peur de sortir, peur de faire un malaise dehors, peur de mourir. Je peux avoir autant d’angoisses qu’il existe de facteurs au final, tout peut faire peur, tout peut être source d’angoisse, sauf que quand tu médites tu te recentre sur toi, tu te rends comptes que tu n’es pas maître des autres, mais que tu es maitre de toi, que tes émotions négatives se dissipent peu à peu, que ton rapport avec les autres n’est plus tout à fait le même, que tu es plus « amour » et on apprend à donner ans rien attendre en retour. C’est toujours le rapport aux autres qui est néfaste au final. Alors que si chacun se recentrait sur soi, en omettant tout simplement de porter jugement à l’autre ce serait bien moins difficile. Attention je ne dis pas qu’i faut être égoïste, loin de là, mais en prenant soin de sa personne on prend soin des autres aussi.

Je repense à nos conversations avec ma douce Antonia qui me dit souvent, tu ne peux pas prendre soin de tes enfants, si tu ne prends pas soin de toi, et elle a tellement raison.  J’adore mes enfants, je me fous une pression énorme pour qu’ils soient heureux, mais moi je me suis perdue à trop vouloir combler l’absence d’un papa, du fait qu’on ai pas beaucoup d’argent ou que sais-je encore. Sauf que personne d’autre peut penser à moi aussi bien que moi,  personne ne peut savoir ce qui est bon pour moi à part moi. Je prends de la distance avec les gens, pas que je manque d’amour pour eux, juste parce que je dois apprendre à m’aimer plus, à ne pas attendre qu’on prenne soin de moi. Bien sûr qu’on a tous besoin d’amour, mais faut pas que ce besoin d’amour dirige nos vies. Je suis celle qui était en quête d’amour permanent, sauf que le seul amour qui doit être indestructible c’est le mien, je dois avoir un regard d’amour sur moi, je dois prendre soin de moi, je n’ai qu’une seule vie, qu’un seul corps pour une durée X. Je ne sais pas de quoi la vie sera faite demain, je sais que je suis vivante là, aujourd’hui que c’est maintenant que je dois prendre soin de moi,  de m’aimer, d’avoir de la compassion pour moi. Moi qui suis croyante il y a une phrase qui prend tout son sens, c’est aide-toi et le ciel t’aidera.

La gratitude même si on remercie les autres, la nature,  en fait c’est aussi une sorte de méditation et de lâcher prise.  On se recentre sur soi au final, on voit ces petits bonheurs que la vie NOUS apporte à NOUS et à personne d’autre. On sait le bien que ça NOUS fait.  Il faut être la source de son propre bonheur. Il faut cesser de se vouloir autre, il faut cesser de se battre,  il faut accueillir l’amour et l’amour de soi.  Il n’y a pas de hasard on rencontre les gens qui sont là pour nous faire avancer, nous enseigner, mais cela vient  de notre intérieur. Le royaume est en nous (le paradis est en nous en somme) disait Jésus. Le véritable trésor c’est nous, le véritable trésor est en nous. Quand on s’occupe de soi, quand on est d’avantage dans l’amour on aide tout le monde a écouter sa guidance.

En fait quand je suis allée à l’église je me suis trompée au début, je recherchais une nouvelle famille, des amis. Bien sûr que j’ai une belle famille au sein de mon église, bien sûr que j’ai de belles amitiés, mais en fait j’ai appris à m’écouter, à voir ce qui est bon en moi. Le bien que je me fais, le bien que la spiritualité m’apporte c’est que j’apprends à me voir telle que je suis, pas comme les autres voudraient que je sois, ou bien comme les autres me voient. J’ai appris à ne plus porter de jugement aux autres, j’aime les gens comme ils sont. J’ai appris à ouvrir mon coeur, à donner sans attendre en retour. On a tous nos fardeaux, on porte tous notre crois, et c’est en s’aimant soi même, en acceptant de ne pas arriver à tout contrôler, en acceptant nos faiblesses, nos doutes et nos peurs qu’on peut arriver à aimer l’autre à accepter l’autre tel qu’il est. Lorsque mon père est mort il y a presque 10ans, je suis partie seule en Italie. Pourquoi? Je ne savais pas à l’époque. Mais aujourd’hui je donne un sens à tout cela. Quand il est mort, j’ai fait le tour d’un certain nombre d’églises à Rome, et aujourd’hui je sais pourquoi. Je demandais à Dieu quelque part de m’aider à être moi, à m’accepter, à voir ce qui était bon en moi, à faire la paix intérieure pour pouvoir laisser partir mon père en paix. Je n’ai jamais fait autant d’introspection que dans ces églises, je n’ai jamais autant regardé dans mon coeur qu’à ce moment là, je n’ai jamais autant pris soin de moi qu’à ce moment là et je l’ai fait seule, je n’ai eu besoin de personne pour m’accompagner, j’ai été seule guidée par ma foi, à me voir moi. Je regardais ce qu’il y avait au fond de mon coeur. Je suis partie seule sans enfants et je n’ai pas culpabilisé. Pourquoi sans doute car je savais que ça m’était nécessaire, qu’il fallait que je prenne soin de moi pour pouvoir continuer à prendre soin d’eux. C’est marrant que 10 ans après presque je prenne conscience de tout cela. Sur le coup il est vrai que j’ai lâché prise, que j’ai vécu l’instant présent, je suis partie presque sans un sou, je n’ai pas eu peur du comment j’allais gérer mes repas etc.  J’ai cru en moi, j’ai cru que j’étais capable de le faire et je suis allée dans ces églises pour que le Divin puisse me raffermir dans la foi, et aussi pour que j’apprenne de moi je pense. Je n’ai jamais été aussi sereine qu’à ce moment là pourtant je venais de perdre mon père, mais j’ai vu à ce moment là de quoi j’ai été capable, j’ai écouté ma voix intérieure. La foi que j’ai aujourd’hui n’est certainement pas la même que j’avais il y a 10 ans, depuis j’ai été baptisée, j’ai fait ma première communion et j’ai été confirmée. Je sais que la force que j’ai, l’amour que j’ai en moi me sont insufflés par cette force divine en laquelle je crois.

Je me rends compte que dans ce billet j’ai été longue (merci de m’avoir suivie jusqu’au bout), que ce billet peut paraitre brouillon mais qu’en fait tout est relié. Je me rends compte que la méditation, le lâcher prise, la gratitude et ma foi sont en fait complémentaires, je me rends compte que les uns aident les autres, que sans foi je ne méditerais pas aussi bien, que sans méditation je ne lâcherais pas prise, et que sans lâcher prise je ne saurais pas ce qu’est la gratitude.

 

Publicités

9 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Thierry dit :

    Je te vois progresser de jour en jour. Meme si le chemin est encore long tu es sur la bonne voie.

    J'aime

    1. Maud dit :

      Merci

      J'aime

  2. Roseleen dit :

    Tu regorges de ressources…tu es vraiment une belle personne…des bises et excellent mardi ! 🌼🌸🌼🌸

    J'aime

    1. Maud dit :

      Merci beaucoup

      J'aime

  3. zenopia dit :

    J'aime

    1. Maud dit :

      Merci ma Cécile…..

      J'aime

  4. la méditation est indispensable à mon quotidien au point que j’en ai fait mon métier… une vraie passion !

    J'aime

  5. Marie Kléber dit :

    Tu es sur la bonne voie Maud…Accroche toi!

    J'aime

  6. Anne-France dit :

    Magnifique! Et tellement vrai.
    Ca me parle beaucoup actuellement, je pense que je vais avoir cette démarche car c’est aussi ce qu’il me faut actuellement.
    Mais c’est dommage de devoir descendre « si bas » pour s’en rendre compte (ça doit être un mal nécessaire…)

    J'aime

Ajoutez votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s