Le droit de rêver…

coffee-3139776_960_720.jpg

J’ai pris  ces quelques dernières semaines le droit de rêver. Je me suis permise de rêver à une vie sans souffrance psychique ou physique,  sortie des problèmes qui embuent bien souvent ma vue, ainsi qu’à l’amour ou pour une fois, je ne serais pas la femme qui serait un pansement, ou bien celle qui ferait constater que son mariage est fini mais qu’au final on ne veut pas de cette fille là on lui dit merci d’avoir réouvert mon coeur mais je n’ai pas besoin de toi dans ma vie. (Ce qu’on m’a dit au bout de 3 ans quand même…)

Il est presque 2h du matin, j’avais dit blog en pause et au final entre 2 séances de psy c’est ici que je peux vider mon sac. J’ai passé une journée bien merdique, tout s’est enchainé comme dans un mauvais film, tout en accéléré, tout ce que je construisais avec patience depuis des semaines s’est écroulé à la vitesse d’un château de cartes. Alors le positif je m’en cogne là, j’ai qu’une envie c’est de pleurer encore, d’assécher mes yeux, dire que la vie est injuste, que je ne mérite pas encore la souffrance infligée et que je n’ai rien fait pour ça à ma connaissance. Ou comme dit un ami, tu as dû faire vraiment des choses mauvaises dans une ancienne vie. Je ne sais pas, mais j’aimerais juste arrêter cette spirale de la souffrance peu importe d’où elle vienne et qu’elle soit physique ou psychique que les mêmes choses se répètent.

Quand je commence à sortir un peu la tête de l’eau, on m’en remet une couche au cas où j’aurais oublié ce que c’était d’avoir mal, comme si je n’avais pas le droit à plus que quelques jours de bonheur.  On me dit que Dieu ne nous fait pas souffrir plus qu’on est capable de supporter, sauf que là… Faut croire que j’ai un seuil de tolérance infini ou je ne sais quoi.

Le positif dans cette journée? Ce soir il fallait que je note 3 petites choses positives de ma journée.  Je pourrais mettre des trucs mais enrayés au fil des heures alors je ne peux pas les mettre car ce soir tout semble factice. Dois-je prendre ça comme une énième claque, une énième leçon de vie?  Je ne veux pas que ces claques du jour car si j’en avais pris qu’une seule ça irait bien, mais il y en a eu une, puis 2 et on connait tous le proverbe « jamais 2 sans 3 ».  Et bien voilà une succession de combats à mener, les démons sont de nouveau là, ils hantent ma vie décidément, sont-ils donc mes meilleurs compagnons de route? J’ai le droit à rien d’autre…. Comme je déteste dire je, je, je  comme si je voulais me mettre en avant alors que non j’aimerais être toute petite, aussi minuscule qu’un microbe et encore.  Mais non on a décidé de me faire géante, on a décidé que je devais mesurer 1m80 et que du haut de ça je me prenne tout en pleine face à la hauteur de ma taille. Et puis merci Marie, de me dire que le positivisme n’est pas tout le temps possible et que j’ai le droit de dire quand ça ne va pas. Et ce soir rien ne va, ça tournicote à 10000km/h dans ma tête, mon coeur sursaute sans arrêt. Il va falloir retrouver de la sérénité rapidement, très rapidement car pleurer depuis 2h de l’après midi c’est juste pas possible…. Je me suis octroyée le droit de rêver….. J’ai joué et j’ai perdu, j’ai perdu gros…

C’est fini, c’est fini la comédie
Tout avait commencé comme une pièce à succès
Dans le décor tout bleu d’un théâtre de banlieue
Nous n’étions que nous deux

On s’est aimé longtemps au point d’oublier le temps
Qui tout au long des scènes transformait les joies en peine
Il a gagné le temps, il est content

Quand il nous voit chacun de son côté comme des étrangers
Nous n’avons plus en commun que les mots quotidiens
Le décor n’a pas changé mais les acteurs n’ont rien à jouer
Il faut baisser le rideau

C’est fini, c’est fini la comédie
On était bien parti éternité garantie
On était seuls au monde devant nous la route longue
Pas de sens interdit

Il a gagné le temps, il est content
Quand il nous voit chacun de son côté comme des étrangers
Nous n’avons plus en commun que les mots quotidiens
Le décor n’a pas changé mais les acteurs n’ont rien à jouer
Il faut baisser le rideau

C’est fini, c’est fini la comédie
Tout avait commencé comme une pièce à succès
Dans le décor tout bleu d’un théâtre de banlieue
Nous n’étions que nous deux c’est fini, c’est fini la comédie

Publicités

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Dina D. dit :

    Tu as le droit de rêver…et vivre ton rêve. Je pense à toi très fort et je te fais une belle colle virtuelle qui s’en fou des distances! Je t’aime❤️

    J'aime

    1. Maud dit :

      Oh que oui on s’en fout de la distance, tu as tellement raison, la distance ce n’est rien quand on aime….. ❤ Love You Too

      Aimé par 1 personne

  2. Thierry dit :

    Tu n’as rien joué et tu n’as rien perdu Maud ! Parce que rien n’est perdu ! Chaque épreuve aussi dure soit-elle doit t’apporter quelque chose. Toi qui est croyante, recherche en quoi cette mauvaise chose peut te faire évoluer. C’est là dessus que tu dois te focaliser et croire, croire et encore croire en l’avenir. Oui il y a du positif autour de toi. Il y a des gens bienveillants qui t’aiment et qui sont là si tu as besoin d’eux . 😘

    J'aime

  3. carrie4myself dit :

    Le bonheur se travaille. Jamais rien n’est facile. Il faut y croire, s’accrocher a ses rêves.
    Tu es comme dans une phase d’accouchement; il y a des hauts, des bas, des tres bas mais le renouveau n’en sera que meilleur.
    Il faut continuer d’y croire, sourire au monde, meme si l’intérieur de toi pleure. On te rendra ce sourire, et tu auras alors plus de retours positifs que si tu es triste.
    Courage Maud ❤

    J'aime

Ajoutez votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s