Lettre à mon père décédé

13775801_10205429486936751_5457244979345726612_n.jpg

Cher Papa,

10 ans aujourd’hui que tu es parti, 10 ans que mon frère, ton 4ème enfant m’a appelé pour me dire que c’était fini, que tu étais parti. 10 ans tout j’avais un carton dans les mains  car j’emménageais dans l’appartement où je suis aujourd’hui et que j’ai tout lâché en entendant le téléphone comme si j’avais compris. 10 ans que mon coeur s’est comme arrêté quand j’ai dû annoncer à ta petite fille, à mon cousin qui étaient avec moi que tu étais parti.  10 ans, déjà tout ce temps passé, et pourtant si peu.

Je n’ai pas l’impression que ça fait 10 ans et pourtant je n’arrive plus à me souvenir du son de ta voix, je me souvient de ton sourire quand je vois un de mes frères sourire comme toi, ça me frappe à chaque fois, je lui fais souvent la remarque. Je me demande comment est-ce possible d’oublier la voix de son père, comment est-ce possible d’oublier des trucs de toi alors que tu fais si souvent irruption dans mes rêves encore plus en ce moment.

Ces dix dernières années, j’ai appris à vivre sans  père encore plus qu’avant car il faut bien l’avouer que tu as loupé beaucoup de choses de mon enfance, de ma vie d’adolescente et de mon début de vie d’adulte. Je m’exprime que pour moi car peut être que le reste de la fratrie n’a pas le même ressenti que moi et je ne me permets pas de parler en leur place. C’est un peu fou ce sentiment qui me gagne entre de la colère car tu n’as pas été le père que je pouvais attendre à cause de tes absences si marquées et pourtant il  y a une sorte de manque un peu irrationnel sans doute. J’ai écrit hier soir un billet sur le pouvoir qu’on donne aux autres sur soi, et bien peut-être que je te donne trop de pouvoir encore.

Ces dix dernières années, tu as été grand-père une 13ème fois, d’un petit fils qui a les mêmes initiales que toi. Il est ce rayon de soleil arrivé en janvier 2010 presque 1 an 1/2 après ta mort (9 mois et quelques après ta mort je suis tombée enceinte et 9 mois de grossesse). Il a quelques unes de tes attitudes  maman me le fait remarquer parfois, elle me dit il fait comme ton père. Ces 10 dernières années,  j’ai  aussi vécu pas mal de choses  difficiles, je me suis sans doute cherchée, j’ai aussi cherché cet amour masculin qui m’a manqué longtemps sans jamais le trouver sans doute. J’ai surement cherché l’amour d’un père, dans ces hommes que j’ai pu aimer,  j’ai cherché des hommes qui avaient besoin de moi pour effectuer un changement sans doute. J’avais besoin de me sentir utile et aujourd’hui j’ai l’impression d’avoir été si inutile, je me suis perdue pendant longtemps bien plus que je me suis trouvée, j’ai perdu du temps et aujourd’hui je rectifie le tir.

Je parle souvent de toi avec mes enfants, je n’ai pas vraiment de photos à montrer à mon dernier de toi, ta dernière femme a tout géré même jusqu’aux photos, aux souvenirs qu’on aurait pu avoir, je lui ai fait part un jour de mon ressenti. J’en avais besoin pour être en paix avec moi-même. Tu sais très bien que quand ma souffrance est trop grande qu’à un moment il faut que ça sorte, et j’ai fait sortir ce que j’avais dans mon coeur.  Je sais aujourd’hui à quel point être parent c’est difficile surtout que depuis 10 ans au final je suis seule de chez seule à élever les enfants. J’ai découvert toi comme une autre personne via le regard des autres et parfois ça m’a fait très mal car j’ai l’impression de ne t’avoir jamais connu au final, qu’on pare de mon père comme si on parlait d’un inconnu.

Il y a 10 ans j’ai perdu le premier homme de ma vie, celui qui m’a donné la vie avec ma mère,  celui avec qui j’ai un jour de naissance commun.  Il y a 10 ans le monde des chirurgiens perdait une personne qui a fait une belle avancée, tes amis ont perdu un bon pote toujours très présent et moi j’ai perdu un père qui ne me connaissait pas vraiment et que je connaissais peu au final. Pourtant souvent on me dit que je te ressemble physiquement, que j’ai certains de tes traits de caractère.

Aujourd’hui 10 ans après, j’envie parfois mes amis qui ont un père présent, aimant, je dis à mes amis de profiter de leurs parents je sais que trop bien que la vie peut vite s’arrêter. 10 ans que je n’ai plus dit papa, 10 ans que l’on m’a pas laissé vivre mon deuil comme je voulais, 10 ans qu’on m’a volé ce que j’aurais voulu pour ton décès, mais au final est ce que ça fait 10 ans au presque 42 ans que mon père n’est plus vraiment là? Tu as été un grand chirurgien, parfois quand on me parle de toi, je crois que tes patients te connaissaient mieux que tes enfants. Je ne me souviens pas d’avoir été amoureuse de toi comme souvent les petites filles le sont de leur papa, tu m’impressionnais quand j’avais la chance de te voir.  Il y a vraiment un double sentiment en moi et ce n’est pas super agréable même 10 ans après. On m’a fait remarquer il y a quelques mois que sans doute je t’avais mis de trop sur un piédestal, peut-être est-ce le cas et pourtant j’ai l’impression d’avoir été assez lucide sur toi, je ne me voile pas la face sur qui tu as pu être envers moi. Mais peut-être ne suis-je pas assez lucide sur ma propre lucidité.

Il y a 10 ans je te perdais et aujourd’hui en cette date anniversaire (un anniversaire c’est joyeux non?) j’ai un petit pincement au coeur, mais ma vie doit continuer et être la plus belle possible et ce, entourée de l’amour des gens que j’aime.  Aujourd’hui oui j’ai envie de te dire que tu m’as manqué longtemps, que je t’en ai voulu de ne pas être celui que j’attendais et cela tu le sais puisque je te l’ai dit avant ta mort et tu m’as dit qu’il ne fallait rien regretter car on ne peut pas rattraper le temps. Je suis d’accord mais je peux aussi d’être heureuse et de me consacrer au maximum à ma famille avant qu’il ne soit trop tard, c’est un peu comme si je rattrapais le temps que j’ai perdu avec toi.

Papa oui tu m’as manqué durant des années, j’ai eu beaucoup de regrets ces dernières années,  mais aujourd’hui  je dois absolument tourner cette page et te voir comme une personne ordinaire avec les défauts que tu as et arrêter de souffrir à cause de ça. Je me dois d’être heureuse vraiment mais pas à n’importe quel prix. J’ai été avec les hommes comme j’ai été avec toi, prête à tout accepter pour un simple regard de toi, aujourd’hui c’est différent, tellement différent.  J’en apprends tellement sur moi. Papa aujourd’hui j’arrive à te faire l’Adieu que j’aurais voulu te faire sans doute il y  a 10 ans.  Repose en paix, je vais désormais vivre en paix.

Maud

 

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. carrie4myself dit :

    ❤ ❤

    J'aime

Ajoutez votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s