Je ne veux plus perdre les gens que j’aime…

book-1210027_960_720.jpg

Ce titre est complètement stupide car qui veut perdre les gens qu’il aime?  Mais au cours de ces 25 dernières années grosso modo, la mort a pas mal rodé autour de moi, j’ai perdu des gens que j’aimais fort, qui faisaient partie de moi, quand je parle de perdre je ne parle pas de séparations, ou de liens rompus. J’ai perdu 3 des mes grands-parents en 16 mois alors que j’étais tout juste enceinte ou à peine maman depuis quelques mois. mon neveu Charlie que je n’ai jamais pu prendre dans mes bras, j’ai perdu mon papa il y a 10 ans à peine, 10 ans déjà, mon amie Tiziana est décédée il y a presque 5 ans, la soeur de lait de ma mère que je considérais un peu comme une tante et aussi une autre super amie de ma mère que j’appelais ma seconde maman autour de mon anniversaire elles sont parties toutes les 2 en 48h d’intervalle. Sans compter ma famille en Italie qui s’est faite décimer en quelques mois à peine par des saletés de maladies ,et puis cette gosse qui n’en était plus une mais que je voyais toujours comme une gosse il y a presque 18 mois puisque je la connaissais depuis sa naissance.

Bien sûr que tout le monde perd des gens autour de lui, il y a les accidents, les maladies, les morts qui n’ont aucune vraie explication, la vieillesse où le corps est trop fatigué pour continuer de tenir et le coeur lui un jour s’arrête de battre. Et puis il y a ces gens qui souffrent, qui souffrent parfois tellement d’isolement, d’une rupture sentimentale, d’un trop plein ou d’un pas assez de choses qui décident  de quitter la vie car elle est devenue si insupportable à affronter. Bien sûr que je n’ai aucun pouvoir contre les maladies, la vieillerie, les accidents, mais j’aimerais tellement pouvoir faire quelque chose pour ces gens qui ont ce désir conscient ou inconscient de partir car la vie est trop douloureuse. Parfois on ne voit rien ou bien veut-on rien voir?  Parfois il y a quelque chose qui nous met la puce à l’oreille mais souvent on s’en rend compte trop tard en analysant les dernières conversations. Parfois ce trop plein a gagné sur la vie, la mort les emmène avec elle, et puis parfois ce n’est pas encore l’heure venue, c’est une tentative de mourir qui a échouée, parfois un appel au secours.

J’ai perdu un de mes premier chéri d’adolescence comme ça (nous n’étions plus ensemble), un pote m’appelle pour me dire que Loïc n’était plus là, que sa mère l’avait retrouvé mort pendu dans sa chambre. Quel choc quand on a 16 ans, quel choc de savoir qu’on ne peut plus avoir envie de vivre à 16 ans, on lui en veut, on ne comprend pas toujours son geste mais je me suis toujours dit que je ne savais pas tout de ses tourments.  Puis j’avais 18 ans, j’allais à un rendez-vous pour un stage, je vois une fille qui venait de se jeter de chez elle, pas de téléphone portable à l’époque elle se vidait de son sang j’ai fait appeler dans une boutique proche les secours, son sang recouvrait le trottoir elle hurlait de douleurs elle n’était pas morte encore un peu consciente, elle devait avoir tout au plus mon âge. J’ai compris que la souffrance pouvait faire arriver à  commettre des actes pour s’en libérer. Je n’ai pas toujours su comprendre la souffrance des gens qui m’entouraient et ceux qui sont partis ou ont voulu partir à cause de ça. Je n’ai pas toujours compris ma souffrance non plus me direz vous alors comment aurais-je pu comprendre celle des autres? ( Ce n’est absolument pas pour me dédouaner.)

Alors là après avoir perdu ces gens autour de moi, ceux dont je parle, ceux dont je n’arrive pas encore à parler et ceux qui ne sont pas vraiment partis mais qui voulaient partir, j’aimerais bien que le rythme ralentisse. Je n’ai pas envie de devoir encore fleurir des tombes, d’assister impuissante aux enterrements de voir des familles endeuillées, des amis effondrés, de laisser partir un bout de moi avec eux. Je n’ai pas envie de devoir perdre encore les gens que j’aime, je veux que ces putains de maladies s’arrêtent la comme par magie, que les chagrins ne donnent plus envie de mourir, que les morts inexpliquées n’aient plus lieu, et que les accidents de la route cessent d’avoir lieu. J’en ai marre d’avoir la peur au ventre souvent à cause des maladies, de la route, des chagrins d’amour insurmontables. Je vis avec l’angoisse de perdre les gens, je me sens impuissante tellement impuissante quand quelqu’un souffre et pourtant j’essaie de l’entourer de toute mon amitié de tout mon amour mais souvent ça ne suffit pas.

Je connais que trop bien le prix de la vie, encore plus depuis quelques années, je connais que trop comment ça laisse les autres dans le désarroi, j’aimerais que tout autour de moi il n’y ai plus la mort qui rode, qu’elle épargne le plus longtemps mes amis, ma famille. Ce billet je crois qui est tellement brouillon, qui sera tellement sans sens pour plein de gens, fera peut être écho à certaines personnes. Alors non vous n’avez pas le droit de m’abandonner alors que ce soit le chagrin ou la maladie il va falloir vous accrocher à la vie car il y a encore de belles choses à vivre, on a de belles choses à vivre encore, tellement de belles choses. Alors non je ne vais pas vous lâcher, je vais être là encore et encore, pour vous rappeler à quel point je suis têtue, à quel point j’ai envie de vous voir en vie qu’on fasse un beau pied de nez ensemble à la mort, que la maladie ne gagnera pas ni le chagrin. Je ne veux plus perdre les gens que j’aime, je ne veux pas vous perdre. Et toi qui vient de me dire que tu as une grosseur dans le cou alors que je viens de terminer ce billet je reprends le clavier quelques secondes pour te dire  va consulter tu me l’as promis, tu sais que je t’aime toi aussi, alors il faut consulter vite et même si je suis trop loin pour te tenir la main bien trop loin  tu sais que mon coeur sera avec toi ma douce amie.

 

 

 

Publicités

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Sonia dit :

    💜💜❤❤❤🙏🙏🙏

    J'aime

    1. Maud dit :

      Bisous ma Sonia ❤

      J'aime

  2. carrie4myself dit :

    Il ne faut pas jouer avec sa sante je suis d’accord.
    Le retour en France ne fut pas doux non plus avec des disparitions de personnes de la famille et des gens qui sont tombes malades… je te comprends a 1000%.
    Profitons de la vie et profitons de nos amis pendant qu’il est temps

    J'aime

    1. Maud dit :

      Oui ma belle, c’est ce que je veux faire… Et puis à ceux qui sont malades et ou qui sont tristes de ne pas baisser les bras, la vie est un cadeau trop sacré…… Bisous ma jolie

      Aimé par 1 personne

  3. Anne-France dit :

    C’est peut-être un peu « brouillon » comme tu dis, mais on sent que ça vient du cœur, et c’est tellement vrai et magnifique ce que tu veux faire passer comme message…

    J'aime

Ajoutez votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s