Penser un peu moins pour vivre un peu plus.

make-the-day-great-4166221_960_720.jpg

Voilà c’est ce que je m’évertue à faire depuis quelques mois. J’arrête de me poser 1001 questions en permanence, j’apprends à me moquer du regard des autres, de l’autre. J’avance comme je peux au milieu du Tsunami qui me traverse depuis 20 mois, depuis l’accident. Ce n’est pas chose facile car je n’ai pas été dépourvue de penser. Il faut que j’analyse tout, tout le temps, regarder chaque petit détail, me souvenir de tout. Est-ce dû à mon hypersensibilité? Sans doute que oui…

Mais je me rends compte que tout le temps tout analyser, tout le temps faire attention aux moindres détails, tout le temps faire par rapport au regard de l’autre ne me laissait pas vivre. C’est vrai que j’ai pas mal évolué ces derniers temps, j’essaie d’apprendre à vivre plus, à vivre plus pour moi aussi, arrêter de penser aux autres tout le temps, arrêter de vouloir le bonheur des autres avant le mien. Le mien doit passer avant celui des autres, je dois être un peu plus égoïste, ce n’est pas méchant d’être un peu égoïste, je crois que c’est juste une question de survie dans notre monde.

Ça ne veut pas dire pour autant que je ne pense plus aux autres, que je ne vais plus rien faire pour autrui, mais je me rends compte que plus tu donnes, plus on te demande et plus c’est normal, moins on t’apporte de considération. Je vis ça encore au quotidien avec certaines personnes auxquelles j’ai du mal à refuser des choses. J’apprends à penser à mon bonheur c’est déjà pas mal, depuis de nombreuses années je me disais que le bonheur n’était pas fait pour moi, aujourd’hui je sais que le bonheur est pour tous, que je ne dois plus m’empêcher de vivre, que je dois cesser de tout accomplir ce qu’on me demande en permanence. j’avance tout doucement, mais certainement. Je me suis retirée de pas mal de réseaux sociaux, peu au final demande de mes nouvelles, ce que je savais depuis longtemps mais ça me confirme encore plus aujourd’hui les réseaux sociaux ne sont pas la vraie vie. Bien sûr qu’il y a de belles personnes rencontrées par les réseaux sociaux et avec qui je reste en contact mais la plupart du temps c’est de la foutaise. Je me dis on rencontre les gens au détour d’un clic sur un réseau social et bien pour ne plus qu’on en fasse partie c’est aussi en un clic. C’est la vie d’aujourd’hui.

J’ai pris du recul sur beaucoup de choses, je ne suis plus la même qu’après ce gros chagrin d’amour d’il y a + de 4 ans, ni la même  qu’il y a  1 an 1/2, je me suis rendue compte de tellement de choses, j’ai avancé, j’ai travaillé sur moi, j’ai appris à ne plus penser de façon négative en permanence, j’ai appris que le passé appartient au passé, qu’on peut juste vivre avec et pas le refaire, que ça ne me sert à rien de me dire si j’avais su je n’aurais pas fait comme ci ou comme ça, j’en tire des leçons et je m’entoure que de belles personnes, je ne demande plus autant de preuves d’amour ou d’amitié qu’avant. Mais voilà parfois ça revient au galop cette façon de penser, c’est quand je culpabilise d’oser dire non, il faut que cela cesse, ça m’a pourri la tête durant tout le week-end, j’ai mal vécu certaines choses, je me suis rendue malheureuse seule car j’ai de nouveau trop pensé je n’ai pas voulu vivre comme je le veux tout simplement, je n’ai fait que trop penser et j’ai bien vu le résultat. Il y a encore en moi des douleurs enfouies qui ont du mal à sortir, elles vont bien finir par le faire un jour, il faut que j’arrête de me foutre cette carapace en permanence, j’apprends à vivre avec mon hypersensibilité, j’apprends au fil du temps à dire non et tant pis si ça ne plait pas, j’apprends à vivre pour moi doucement mais surement et surtout ne plus vivre avec des tas de remords, le passé appartient au passé. Je me laisse glisser doucement dans la vie…

 

 


4 réflexions sur “Penser un peu moins pour vivre un peu plus.

  1. Je me reconnais tellement dans ton témoignage…
    La réflexion à tout va au détriment de l’action doit en effet faire partie du « caractère » hypersensible, car je le suis et je fonctionnais également comme toi.
    Maintenant, je me suis dit, après une grosse remise en question, qu’il fallait que je pense moins et que « j’agisse » plus. Ce n’est pas évident tous les jours mais en se ressaisissant à chaque fois qu’on se sent flancher, à force, ça rentre dans les habitudes.
    Je te souhaite donc de continuer sur cette voie, pour toi et ceux qui t’entourent 🙂

    J'aime

  2. Je crois qu’on ne peut bien s’occuper des autres que si on s’occupe bien de soi. Donc c’est nécessaire d’être égoïste. Je suis carrément ok avec toi sur les réseaux sociaux….çà peut créer de vrais liens mais c’est rare. Et précieux. On s’écrit en MP. Désolee je suis pas trop présente because bac, parcoursup et état de beau-père inquiétant…des bisous tout plein !!!💖💕

    J'aime

  3. Bonjour Maud,

    Je ferais bien de m’appliquer cette phrase ; « Penser un peu moins pour vivre un peu plus. » car mes pensées me pourrissent la vie, notamment et surtout la nuit : ça me réveille donc je ne dors pas assez et c’est inutile que je vous liste tout ce qui en découle car, vous connaissez cela par cœur…
    Merci pour vos partages et vos articles remplis de réflexions intéressantes.
    Belle semaine !

    J'aime

Ajoutez votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.