Bloguer, écrire pour soi, écrire pour les autres.

writing-828911_960_720-1.jpg

Je me rends compte que depuis que je suis petite, j’écris. J’ai beaucoup de mal à communiquer par voix orale, quand j’étais enfants j’écrivais beaucoup pour moi, j’ai rempli des tas de carnets et autres cahiers, je n’ai jamais eu un beau journal intime, on ne comprenait pas chez moi l’intérêt de l’écriture alors vous pensez bien un journal intime mais pour quoi faire?  En grandissant, j’ai eu beaucoup de mal à communiquer avec mes parents, alors je leur écrivais, ma mère prise dans son boulot, ses soucis j’avais peur de lui demander des choses comme sortir pour aller au cinéma, inviter une copine alors au lieu de demander juste avant de me coucher je laissais un mot sur la table avec ma demande comme ça si j’avais un non il me faisait moins mal qu’en direct, il était moins violent on va dire, pas que je n’acceptais pas le non, je ne dis pas ça mais vous savez comment on peut interpréter les choses face à une personne soucieuse, parfois énervée…

Adolescente j’ai beaucoup écrit dans des simples cahiers, ma mère mes frères se moquaient de moi quand il trouvait des écrits, l’incompréhension sans doute de ce besoin d’écrire, il se moquait plus de la forme (sur le fait que j’écrive) que sur le contenue. Et pourtant j’en avais besoin d’écrire, mettre des mots sur ce que je ressentais, vider mon sac sur ce qu’il se passait dans ma vie, je mettais les mots comme je les avais là sur le coeur, les mots d’une ado quoi. C(étais ma façon à moi de m’exprimer, je ne savais pas dessiner, peindre, j’étais pas extraordinaire en danse ou autre, ma seule façon de faire passer les choses c’était de m’exprimer. J’aimais rédiger des rédactions, j’avais souvent de bonnes notes, on nous demandait souvent de faire de la fiction mais souvent j’y ai mis de la réalité dans mes devoirs, personne n’en savait rien, c’était comme pour me dire tu n’es pas seule…

Jeune adulte, j’ai écrit des tonnes de trucs, en devenant maman j’ai écrit pendant toute l’attente de ma fille, sa naissance, les personnes vues à la maternité, ses premiers de vie, un peu pour ne pas oublier sans doute, un peu pour lui transmettre aussi un jour si elle en ressent le besoin. Puis les années sont passées, j’ai attendu mon second enfant, j’ai tenu un blog, avec pas trop de choses personnelles, des choses assez banales, j’y ai présenté mes créations, mes recettes de cuisine. Au fil du temps j ai fait un blog culinaire, un blog de création, j’étais aussi sur les forums, les réseaux sociaux, j’avais ce besoin et ce goût pour l’écriture, du partage aussi, d’échange mais aussi j’ai continué d’écrire beaucoup pour moi, il y a des tonnes de carnets avec des bribes de vie chez moi, certains ont été jetés car trop douloureux à relire et je n’ai pas envie de me conforter dans le malheur, je veux avancer toujours, tomber ok mais me relever.

Maintenant je ne tiens plus que ce blog, certains de mes anciens blogs culinaires existent encore, un autre non car il a été hébergé par quelqu’un qui n’a rien sauvegardé et j’ai perdu des tonnes de recettes photos etc.  J’aime écrire sur le même support, en faire un blog général,  mélanger mes humeurs, mes recettes, mes bonnes adresses,  mes réflexions sur la vie de tous les jours. Bref j’aime écrire, j’écris en parallèle de ce blog, beaucoup ailleurs,  des trucs que je partage avec des personnes, d’autres choses que je garde pour moi, des choses que peut-être je vais partager un jour avec un plus large « public », mais même si j’écris des trucs de fiction il y a toujours une part de moi, d’envies qui émanent de moi qui sont dans mes textes. Je crois qu’écrire et encore plus depuis quelques temps ça rythme mon quotidien, plutôt que d’appeler quelqu’un j’écris un mot,  je préfère 1000 fois plus écrire que parler.

Dans le fait d’écrire, j’aime le fait de pouvoir partager avec des personnes souvent comme ici, ensuite pouvoir échanger grâce aux commentaire  sur nos ressentis, donner ses impressions, débattre, ça me permet de me remettre en question parfois, mais aussi de me conforter dans certaines de mes idées. Je ne blogue pas pour la gloire sinon j’aurais procédé autrement mais j’aime quand même engendrer une certaine réflexion et c’est vrai que ça fait plaisir quand Hello Coton me met en une même si ça a été fait des dizaines et des dizaines de fois je prends toujours ce petit plaisir à découvrir que je suis mise à l’honneur.

Écrire c’est passionnant, écrire c’est thérapeutique, écrire c’est prendre du plaisir, écrire c’est partager, écrire c’est un vrai exercice de réflection, écrire c’est échanger, écrire c’est faire passer un message, écrire c’est se dévoiler, écrire c’est en apprendre plus sur soi, écrire c’est savoir se fixer des limites quand c’est public et aller au plus profond de son âme quand c’est pour soi, ça permet de faire une vraie introspection. D’ailleurs je file, j’ai une lettre à écrire…

3 réflexions sur “Bloguer, écrire pour soi, écrire pour les autres.

  1. Et tu écris bien…. j’y arrive pas a mettre des mots ecrit sur mes sentiments comme toi …je me défoule en bricolant ou en ressortant mon synthétiseur (tiens ca fait longtemps )….
    Bisous a toi aux enfants

    J'aime

  2. J ai été confronté à ce syndrome lorsqu on s est rencontré, tu m en avais parlé auparavant en toute franchise mais ça restait abstrait pour moi.Ce qui m a surtout touché dans ton combat c est ta volonté de t en sortir et la façon dont aujourd’hui tu arrives à en parler.J avoue que même si parfois je suis déstabilisé car il m a fallu un peu de temps pour comprendre que tout t échappait (En terme de contrôle et maîtrise des émotions), en parler ne peut que t être bénéfique pour continuer à avancer….ces derniers mois je vois tous tes progrès et je n hésite pas à te féliciter à chaque nouveau pas car c est important.Je pense que tes mots aideront beaucoup de personnes qui en souffrent ou pas car tout témoignage de combat est touchant.Je souhaitais mettre ces quelques mots même si je commente peu tes articles, que je lis toujours, pour les raisons connus….personne n est à l abri et on ne peut pas mesurer ce que tu ressens et par quoi ce stress te fait passer…..et ce qui est aussi remarquable c est que tu as gardé ta capacité d aimer ton prochain et pour ca aussi tu es admirable….tu avances à pas de geante….

    J'aime

Répondre à Chrisentheme Nature Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s