Que de temps perdu… ou pas…

hourglass-620397_960_720.jpg

Parfois je pense au temps qui passe et je me dis que j’ai sacrément perdu du temps à aimer des personnes que je n’aurais pas dû aimer, à les pleurer, à vouloir comprendre le comportement de certaines personnes, à attendre un miracle 😀 , a hésiter entre tel ou tel truc, à me morfondre…. Parfois oui je pense ça… Comme ce putain de stress post-traumatique dont je suis atteinte depuis 23 mois qui m’empêche de faire des choses que j’aimerais faire, il me gâche la vie, c’est le minium que je puisse dire. Et puis parfois je me dis que sans ce temps perdu, j’aurais simplement fait d’autres erreurs, mes blessures n’auraient pas été pansées un minimum, j’aurais pas eu ce courage d’avancer, de ne garder que le meilleur et laisser le pire aux oubliettes ou au fond de mon coeur comme une cicatrice qui s’ouvre de temps en temps quand même surement pour me rappeler de ne pas refaire les mêmes bêtises…

Je crois que le temps passé à réfléchir, hésiter, pleurer, aimer n’est jamais en fait du temps perdu, ça a vraiment un sens, ça permet de mieux se projeter, de prendre des décisions bien tranchées avec le temps, de faire le deuil d’une relation qu’elle soit familiale ou amoureuse. Je peux le dire j’ai emprunté des chemins pas très lisses, pas très plats depuis des nombreuses années, j’ai été dans le déni de moi même, j’ai plus fait pour les autres que pour moi, j’avais tellement besoin d’amour, j’ai fait des mauvais choix enfin c’est ce que je me suis dit une fois les relations finies par exemple. Mais après coup je me dis que non, les personnes que j’ai pu aimer par le passé, m’ont fait prendre un chemin, mon chemin, me faire prendre conscience de qui j’étais vraiment, de ce que je pourrais accepter dans ma vie, ce que je ne voudrais pour rien au monde aussi. Aujourd’hui même si je suis bien ennuyée par mon stress post traumatique, je suis persuadée qu’il veut me dire quelque chose, me faire passer par une route que je ne connais pas encore, alors que je le bouscule chaque jour, que je le malmène, on me dit de prendre le temps de…. De guérir, d’apprendre sur ce que ça me dit, de prendre soin de moi, d’apprendre à analyser, à me connaître…..

Alors je crois que non il n’y a pas de temps perdu, à part celui qu’on perd à se battre contre des futilités. qu’il faut accepter les épreuves de la vie, du temps qu’il faut pour faire le deuil, guérir, aimer à nouveau. D’ailleurs quand je me suis séparée de quelqu’un, je n’ai jamais réussi à me remettre avec quelqu’un de suite, je suis épatée par les gens qui arrivent à faire cela, moi il me faut un long laps de temps pour pouvoir refaire un minimum confiance, me laisser un petit peu apprivoiser, me laisser tout simplement approcher. Oui je suis convaincue avec le recul que le temps n’est jamais perdu, que le temps est pris pour nous amener sur le bon chemin, que même si parfois durant l’épreuve on doute, c’est surement pour une vie meilleure…. Alors prenons le temps d’aimer à nouveau, de guérir, de sourire, j’ai perdu trop de temps à vouloir parfois faire les choses contre ce temps qui s’impose de lui même et maintenant je n’ai plus envie de me battre contre le temps mais d’en faire mon meilleur allié, et que mon temps je l’offre aux personnes que j’aime, à celles qui en valent la peine, c’est sur que je ne veux pas perdre mon temps qui est quand même quelque chose de précieux avec des gens qui sont insignifiants pour moi.

Et vous, quel rapport au temps qui passe, avez-vous?


6 réflexions sur “Que de temps perdu… ou pas…

  1. Bonjour Maud. Je ne connais absolument pas ce charmant village, ça me fait un peu penser à Carcassonne mais en moins touristique, il semblerait. Est-ce que je me trompe? Vos photos sont sublimes, merci pour cette découverte. Excellente journée à vous.

    J'aime

  2. Je dirai que j’ai, le temps passant, la même vision du temps que toi: privilégier les moments avec ceux qu’on aime et éviter (le plus possible, car ce n’est pas forcément toujours évitable) les moments avec ceux qui n’en valent pas le coup.
    Mais surtout, privilégier la qualité à la quantité, même si, forcément quand tu aimes, tu as envie de passer beaucoup de temps avec l’autre. Et ceci afin de pouvoir aussi me concentrer sur moi, mes envies, besoins, qui ne passent pas forcément par l’autre.
    C’est un équilibre à trouver qui est loin d’être évident. Des fois, tout roule. D’autres fois, pas. Notamment quand l’autre (amoureux ou pas, d’ailleurs) prévoit des choses sans nous, alors qu’on avait nous-même prévu des choses avec lui… Mais bon, l’autre doit aussi penser à lui, à son temps, ses besoins/envies autant que nous lol.
    Donc il me semble avoir un rapport au temps assez sain. C’est plutôt la qualité du temps à ma disposition qui, parfois, me « pose problème ».
    belle journée!

    J'aime

    1. Moi j’ai été cette nana à accepter de voir son mec une fois par mois voir moins car on habitait loin, qu’il y avait ses enfants, ses potes etc….. J’ai été aussi celle qui acceptait de passer les week-ends seule car le week-end c est pour partir seul ou avec les potes, mais de moi on en avait pas besoin juste la semaine quand on avait rien d’autre à faire…. tu vois le genre de mes 2 relations avant Christophe, j’aimais je me suis plantée bien correctement, j’étais terriblement malheureuse de ces situations là, mais j’ai accepté c’est de ma faute….. J’en ai bavé comme pas possible, beaucoup de larmes ont été versées…..

      J'aime

      1. Ah oui non ça ne me plairait pas du tout de me dire je lui suffis une fois par mois, hors de question!
        Moi c’est genre un samedi soir de temps en temps (là en l’occurrence 2 fois en 5 mois) et en fait ça me gonfle sur le coup de ne pas être avec lui, car j’ai cette « croyance » que le samedi soir c’est avec mon chéri et puis, la colère passée, je sais que je peux faire quelque chose sans lui, en sachant qu’on se voit le lendemain, quand même.
        Comme tu l’écris c’est quelque chose qu’on accepte et c’est ça qui fait mal, le fait de dépasser ses propres limites et de ne pas se respecter soi-disant par amour.
        C’est derrière toi, c’est déjà ça. Et je suppose qu’avec Christophe vous vous accordez, et c’est bien là le principal!!

        J'aime

  3. Je partage ton point de vue. Les expériences negatives ne sont certainement pas du temps perdu, au contraire elles nous apprennent sur nos besoins, ce qui est bon ou mauvais pour nous. Si on est dans cette perspective il y a peu de regrets, juste de l’enrichissement personnel.

    J'aime

  4. Le seul temps perdu pour moi c’est le temps à échafauder des scénarios sans queue ni tête, à polluer son esprit. Le reste, les rencontres, les rendez-vous, les bons comme les moins bons, nous font. Ils ont toujours quelque chose à nous apprendre sur nous. Le temps file c’est vrai, alors avec le temps on apprend à vivre l’essentiel.
    Belle journée Maud.

    J'aime

Ajoutez votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s