Journal de confinement

Journal de confinement #53 (Cinquante-deuxième jour de confinement total)

super lune Lyon

Jeudi 7 mai

Que dire de ma journée, je ne sais jamais si quand j’écris, je vais écrire peu ou beaucoup? Seule limite que je me fixe c’est rester très en surface sur ce que je dis, ce que j’ai envie de raconter. Je ne veux pas me poser la question du « j’en ai trop dit.???.. Bon sinon voici mon programme chez moi, cuisine, rendez-vous avec l’assistante sociale, de la lecture, un peu de photos, du repos, un rendez-vous téléphonique avec la psychologue, un petit peu d’écriture, une série, apporter à dîner sur le pas de la porte à une personne qui m’est chère une super lune, je crois que c’est tout….

pâte à ravioli asiatiques

Ce matin, il y a eu les devoirs, de la lecture aussi. Puis nous nous sommes rendus à la maison pour déjeuner, on a fait des burgers car les garçons en avaient terriblement envie, ça m’allait bien car j’avais quelques trucs à faire et comme j’avais un rdv avec l’assistante sociale à la maison pour parler des travaux toujours pas entamés dans l’appartement, du déconfinement proche et donc la reprise de l’école, de ma demande de logement social. Avant son arrivée, j’avais commencé à préparer le repas du soir , enfin juste fait la pâte car oui ce matin je me suis levée avec une terrible envie de ravioli chinois ou japonais qui eux s’appellent  les Gyoza (je mets jamais de i à ravioli quand c’est le pluriel car i c’est signe de pluriel en italien….) alors je me suis renseignée (merci encore Chihiro pour tous les conseils donnés en direct, elle est talentueuse j’adore ses dessins dommage qu’on ne puisse pas les voir sur son blog qui lui, est visible ici). J’ai aussi regardé 2 tutos pour voir comment les plier correctement même si Chihiro me dit de faire au plus simple, j’ai voulu voir comment on fait tous les petits plis.

L’assistante sociale est venue à la maison, je lui ai dit que j’en avais marre des allers-retours à l’hôtel, que je voulais être dans un chez moi, elle m’a répondu qu’elle le savait bien, que l’appartement du logement social que je devais avoir sera disponible bien plus tard que prévu, elle a appelé son collègue à la ville de Lyon qui s’occupe de notre arrêté et de notre relogement c’est comme ça qu’on l’a su. Elle lui a expliqué que c’était pas super simple pour nous de dormir à un endroit (on a pas le droit de dormir la nuit à la maison et surtout interdiction de rentrer dans la salle de bains même si elle est étayée), d’être à l’appartement en journée, il en est bien conscient lui a-t-il dit, mais qu’hélas la ville de Lyon ne travaille pas avec Airbnb enfin c’est ces derniers qui ne veulent pas travailler avec la ville de Lyon (pour nous ça serait tellement plus simple d’avoir un endroit pour dormir, manger etc…) . Heureusement que l’on peut au moins venir cuisiner, passer du temps à la maison pour s’occuper de nos chats, être un peu plus libres qu’à l’hôtel les uns vis-à-vis des autres car au début quand ça n’était pas étayé on pouvait juste venir manger et rester le minimum à la maison, maintenant c’est un peu plus cool (ça arrive quelques jours avant la fin du confinement <— ça fait 3 semaines que c’est étayé donc même si nous sommes encore restreints à la maison point de vue pièces on a le droit à plus de temps à l’appart avec nos chats). Par contre  quand il y  des entreprises qui viennent faire des devis (car les propriétaires veulent refaire tout l’appartement pour l’agencer différemment) on ne reste pas, car je ne sais pas ce qu’ils ont fait, vu avant etc, donc on prend nos précautions pour ne pas choper le covid et croiser le minimum de gens. Mardi avant qu’on arrive à la maison en fin d’après midi il y a eu une entreprises qui est venue prendre des mesures, ils ont laissé mon appart dans un état….. sans parler des lumières etc. Je me dis heureusement que nous sommes passés nourrir les chats et dîner chez nous car j’avais l’impression que c’était Versailles chez moi…

En fin d’après midi, j’ai eu aussi un entretien téléphonique avec la psychologue, on a parlé du déconfinement, de la reprise d’activité, comment je voyais les prochaines semaines. Contrairement aux autres semaines on a parlé de sujets plus d’actualité on va dire, qu’on a pas trop creusé en moi même si je sais qu’elle me fait travailler sur moi aussi mais je l’ai pris un peu plus à la cool, ça m’a moins agressé, je ne sais pas si je suis très claire dans mon ressenti, parfois j’écris comme si quelqu’un pouvait ressentir à ma place.

Ensuite Paolo avait son rendez-vous téléphonique avec la psychomotricienne, elle a gardé avec lui le contact depuis le début du confinement et je trouve ça chouette, vraiment il attend son rendez-vous téléphonique d’une semaine sur l’autre, c’est vraiment une chouette personne et Paolo l’apprécie vraiment.

farceGyoza

riz vinaigrée et gyoza

Et moi, pendant ce temps j’ai préparé la farce pour mes Gyoza, j’ai fait un peu comme bon me semblait, ils sont faits à base de porc, je ne peux pas mettre de crevettes à cause de mes allergies, j’aimerais aussi réaliser une farce au poulet une autre fois.  Et puis me voici au boulot, à faire mes petits disques de pâtes qui sont très fins, on voit en transparence, après j’ai mis ma farce dedans, fait le pliage, premier pas trop mal et j’ai trouvé dès le second que c’était assez simple, même si le plus long a été quand même pour moi de faire des disques très fins au rouleau à pâtisserie, j’en ai fait 59…. J’ai fait cuire mes ravioli, j’avais peur que ça ne soit pas assez fins, que ça devienne comme du carton à la cuisson ou que sais-je encore…. En fait ils étaient délicieux tout était parfait au niveau goût j’ai bien sû gérer les différents aromates, épices je trouve, je suis contente de moi J’ai accompagné ça de riz vinaigré, j’aime tellement ça mais je n’ai pas mis de sucre comme dans les restaurants asiatiques.  Pour manger nous avons sortis les belles baguettes en bois avec de la nacre ramenées par mon père du Vietnam (où il a bossé) il y a au moins 16/17 ans .

Sur le chemin de notre retour à l’hôtel, on a déposé quelques ravioli à notre malade devant sa porte avant de repartir, un signe de loin, ça dure depuis un moment déjà. J’espère que bientôt tout sera derrière nous, derrière nous tous, que le covid disparaîtra de la surface de la terre. On a vu aussi la super lune (photo en tête d’article) dans le ciel lyonnais, c’est la dernière super lune de 2020.

À l’hôtel, j’ai lu et je prends le temps d’écrire ce billet, de mettre les quelques photos prises durant la journée et sur notre retour, je vais aussi continuer ma série avant de dormir. Voilà ce billet se termine ainsi, je vais essayer de dormir pas trop tard, car même si la fatigue est une chose comme je dis, une chose parmi tant d’autres je ne souhaite pas qu’elle devienne LA CHOSE qui dirige ma vie. 

Je vous espère en forme, passez un bon week-end et prenez soin de vous, encore et toujours.

3 réflexions au sujet de “Journal de confinement #53 (Cinquante-deuxième jour de confinement total)”

  1. Chouette billet Maud, bravo pour les gyoza car c’est un sacré boulot. Je suis heureuse de lire qu’un appart t’est réservé, même si plus long que prévu. Tu as une date ? Gros bisous

    J'aime

Ajoutez votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.