Non classé, Slow life/slow food

Slow life ou comment prendre le temps de vivre (avec quelques idées) #2

cat-5345498_1280

Il y a 2 ans, j’avais fait un billet sur le slowlife, ce mode de vie plus doux, moins dans l’air du temps où chaque heure on la voit défiler comme si c’était une seconde, une vie qui file à 1000 km à l’heure. Encore une fois, je le redis j’avais vraiment l’impression de passer à côté de tout un tas de choses alors j’ai décidé de changer un peu les choses.

Évidemment que ça ne se fait pas du jour au lendemain, j’ai beaucoup de mal à me poser encore aujourd’hui (je suis souvent en mouvement, j’essaie de faire partir mes angoisses comme je peux). Mais j’ai décidé d’arrêter de vouloir ressembler à ce que les autres veulent, j’ai décidé d’être plus moi, trouver mon propre équilibre, d’être plus respectueuse de mon environnement et de continuer comme je l’ai toujours fait à être respectueuse envers les autres.

Il faut dire que le confinement m’a appris à vivre encore différemment, on a pris le temps d’être ensemble, on a moins été « speedés » par le rythme ordinaire dirons nous, j’ai laissé les enfants dormir, chacun a trouvé un rythme qui convenait à ses besoins, ses envies sans pour autant négliger les autres. On a aussi appris à vivre ensemble vraiment, car nous sommes dans une chambre d’hôtel (sinistre chez nous et les assurances se battent) et du coup vivre ensemble dans une chambre d’hôtel, respecter le rythme de l’autre (des autres) on a trouvé un certain équilibre au final. On a pris vraiment beaucoup de plaisir à cette parenthèse qui nous a été imposée par la vie. Une parenthèse où il a fait bon de vivre ensemble (j’avais un peu peur au début surtout en étant à l’hôtel car ça change du temps de vacances faut dire, il y avait un certain rythme scolaire à tenir, des sorties avec autorisation, ne plus pouvoir voir les nôtres)…. J’ai imposé un temps de travail scolaire à faire par jour en fonction de la charge de travail qu’il y avait à faire, après je n’ai pas dit de telle à telle heure vous faites ça, à telle heure vous faites ça, j’exigeais juste que le travail soit fait. On a aussi passé du temps à tout simplement être ensemble vraiment, à discuter, à partager un film, un jeu de société, on a appris à vraiment communiquer de nouveau car dans les méandres du temps qui passe parfois on s’oubliait un peu, on mangeait vite, on faisait tout vite au final. Là nous avions le temps de passer du temps ensemble, j’ai vu à quel point c’était un cadeau merveilleux. On a fait des siestes aussi parfois, c’est bien les siestes… 😛 Je n’ai pas culpabilisé un moment de faire une sieste quand j’en ressentais le besoin.

Je me suis rendue compte à quel point j’ai été malheureuse de cette vie à 1000 à l’heure, ça me bouffait le corps, l’esprit aussi, je n’étais pas à ma place.  J’ai aussi repris du plaisir à cuisiner, car j’avais le temps, j’ai voyagé durant une semaine en cuisine avec les enfants à défaut de pouvoir partir. J’avais perdu ma positivité de faire comme les autres voulaient, être toujours à fond pour tout me dessert plus qu’autre chose. Ralentir c’est retrouver un meilleur moral, m’ancrer dans l’instant présent, de cuisiner de saison en pratiquant la slowfood, je consomme mieux dans ma vie de tous les jours, la surconsommation ce n’est pas pour moi. Quand j’achète quelque chose je réfléchis, j’adore faire les puces, brocantes et autres vides-greniers afin d’acheter du seconde main.

J’ai hâte de déménager, de vivre ma vie au rythme où je l’entends de faire de mon chez moi un vrai lieu de cocooning, un lieu apaisant où la slowlife sera le maître-mot. Je n’ai pas besoin de magasins, j’ai juste besoin de vivre à mon rythme d’avoir un regard d’amour sur moi et de lâcher mes valises petit à petit. Mon corps mon esprit me l’ont fait comprendre au moment de l’accident, je me suis toujours retournée sur le passé avec parfois des bleus au coeur, je me suis souvent angoissée pour l’avenir alors que je ne vivais pas la vie que je devais vivre. Mon corps, mon esprit m’ont dit stop, les burn out, les stress post trauma, les dépressions c’est un appel au secours, un appel à revenir à la raison. Alors moi j’ai bien reçu l’appel…. Ralentir pour mieux s’épanouir c’est ma définition du jour de la slowlife attitude… ^^

 

Mes petites astuces/idées pour  adopter le mode SLOWLIFE

* M’ancrer dans le moment présent (en faisant de la méditation par exemple)

* M’octroyer de vrais moments de déconnection (réseaux sociaux, blog etc…), je n’ai pas envie de faire la course aux abonnés, aux lecteurs, je publie quand j’en ai envie, je ne m’oblige à rien, je fais quand ça coule de source.

* Dire non, non à une vie à 1000 à l’heure et à tous ceux qui font tout pour aller toujours plus vite et nous entraîner avec eux sur leur passage.

*M’offrir des moments gratuits de bien être (auto-massage ou pourquoi pas demander au chéri, des siestes, du cocooning en se faisant un soin du visage/corps, de la méditation oui je me répète, lire, écrire, rêver…)

* Faire une chose à la fois et faire ce que je peux pour m’éviter le maximum de charge mentale

* M’organiser en classant les tâches en catégorie celles à faire urgemment, celle à faire dans les prochains jours et celles qui peuvent attendre plus longtemps, ça allège vachement l’esprit de penser de cette manière là.

* Apprendre à se regarder avec les yeux de l’amour et déposer les casseroles, personne n’est plus à même de prendre soin de moi que moi. La course à la performance très peu pour moi, je suis comme je suis, comme j’ai envie d’être.

Ce qui nous amène à

* Me foutre de la pensée/du regard des autres.

* Me reconnecter à la nature

* Manger de saison vivre au rythme des saisons…

* Passer du temps avec des personnes positives sans se laisser rattraper par la vie de dingue.

Et vous plutôt slowlife ou course contre la montre?

 

 

 

3 réflexions au sujet de “Slow life ou comment prendre le temps de vivre (avec quelques idées) #2”

  1. Hello Maud ! Superbe article ! Tu t’en doutes, je suis plutôt team slowlife, tout ce que tu dis je le pratique depuis des années, avec parfois des emballements et des loupés. Le confinement m’a bien remis les pendules à l’heure et çà m’a fait du bien, j’y vois plus clair, je vire le superflus, apprends à passer plus de temps pour moi, pas pour les autres, je suis pas là pour faire plaisir aux autres, d’abord pour moi, si çà plait c’est bien sinon tant pis. Je m’éloigne de plus en plus des reseaux sociaux,je n’en vois plus trop le sens, souvent trop de mise en avant sans réel but, souvent en effet la course aux vues etc, je ne vois plus le sens de tout celà, j’y vais quand j’ai envie et j’ai de moins en moins envie. Sur le blog j’ecris moins, ou quand çà me pique, çà vient d’un coup. Les retours suscités par mes billets m’enervent parfois, je t’en avais parlé.. J’utilise désormais plus les réseaux sociaux pour faire un coucou, papoter parfois avec les très quelques amies, dont tu es, car çà c’est super, les réseaux sociaux m’ont permis de faire de belkes rencontres importantes pour moi.
    La course aux abonnés, au shopping, aux super activités, vacances, au grimpage professionnel, très peu pour moi…moi mon luxe c’est d’avoir du temps, pour lire, écrire, créer, me balader, oui çà le temps c’est vraiment mon truc le plus précieux et apprécié.
    Je t’ai ecrit un roman !!!! 🙊Très bon mercredi Maud !

    J'aime

Ajoutez votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.