99 ans

roccasecca
( Les ruines du château de la famille de Saint Thomas d’Aquin à Roccasecca, village de naissance de ma grand-mère source photo )

Aujourd’hui tu aurais 99 ans, 99 ans d’amour que tu aurais pu donner. J’ai souvent parlé de toi ici, car en fait tu m’as tellement apporté, tu as construit une bonne partie de moi, tu as créé en moi cette sensibilité….
Je me souviens de quand tu es tombée malade j’avais 7 ans, ce fut une épreuve terrible pour moi, je me souviens de cette pièce de 10 francs que tu cachais pour moi dans cette boite en cuir qui est désormais dans ma maison, je me souviens de ce pendentif où il y avait une photo de ta soeur partie bien trop tôt et tu nous l’ouvrais et nous on embrassait cette photo alors que moi je ne l’avais jamais vu cette soeur disparue. Ce médaillon c’est ma mère qui te l’avait offert et c’est moi qui le garde comme le souvenir de toi le plus précieux. Lire la suite

Réorganisation

SAMSUNG CSC

Ma vie change quelque peu…. Et avec tout ça je  me réorganise… (enfin j’essaie)

* 1 – Pour la  maison

Alors d’abord je réorganise chez moi, j’ai changé pas mal de choses depuis 5 semaines et ce n’est que le début. J’essaie de rendre des petits trucs plus pratiques, perdre moins de temps, mais mon appartement n’est pas du tout fonctionnel.

Je fais encore des  » To-do-list », avec ce que j’ai envie de ranger,  ce que j’ai envie de changer, des listes pour les courses, etc… Lire la suite

Devine combien je t’aime

IMG_1780

Aussi loin que je me souvienne, je n’ai entendu ni mon père, ni ma mère, ni même mes grands-parents me dire qu’ils m’aimaient. Ça se disait pas, en tous les cas pas pour mes grands-parents mais je n’ai jamais douté de leur amour, mes grands-parents ne le disaient pas mais montraient leur amour au quotidien, dans leurs actes.
Ça m’a sans doute manqué de ne pas entendre je t’aime. Je ne savais, moi-même pas trop dire je t’aime. Je l’ai parfois écrit, mais le dire était réservé à des moments spéciaux. Lire la suite

Si je n’avais pas d’enfants

IMG_1881

– Je bosserais ailleurs que chez moi
– J’aurais une vie sociale digne de ce nom
– Je pourrais regarder ce qu’il me plait à la télé tout le temps
– Je me nourrirais d’un yaourt devant ma télé le soir je crois
– Je partirais en vacances sur une île paradisiaque au moins une fois par an
– Je ferais des vraies grasses matinées le week-end
– Je sortirais avec les copains/copines (ça rejoint un peu la vie sociale ça mais…)
– J’ouvrirais un restaurant sans me soucier  de la suite éventuelle pour les enfants si ça ne marchait pas
– J’irais nager de nouveau
– Mon appart serait toujours nickel
– Je ne prendrais pas ma douche en 5 minutes chrono
– J’aurais le temps d’aller chez l’esthéticienne (bien que j’ai une super esthéticienne à domicile maintenant),  et chez le coiffeur
– Je passerais des week-ends à vadrouiller
– Je n’entendrais pas hurler mes cocos pile le soir où je suis crevée pour savoir à quel jeu ils vont jouer
– Personne se retournerait dans un magasin à regarder la mère que je suis à leur dire taisez-vous, ne touchez à rien je vous avertis
– Mon iPhone ne serait pas blindé de photos de mes amours, ni de jeux pour enfants

Mais je louperais tout ça  aussi:

– Je n’aurais pas le bonheur d’avoir pas un petit pot de Glue qui vient me caresser les cheveux en me disant tu es ma maman doudou
– Je n’entendrais pas la complicité grandissante entre mes fils
– Je n’échangerais pas sur la mode, le maquillage avec ma fille
– Je n’aurais pas des gâteaux, des bonbons dans mes placards
– Je m’ennuierais le soir, les week-ends au final
– Je n’aurais personne pour me dire des bêtises pour me faire rire quand ça ne va pas fort
– Je ne sentirais pas mon coeur exploser à chaque mot d’amour de mes enfants, mais aussi avoir ce même coeur battre la chamade quand j’ai peur pour eux
– Je n’entendrais pas les commerçants me dire que mes enfants sont bien élevés quand ils disent tous en choeur bonjour en rentrant dans une boutique
– Je n’aurais jamais ressenti cette fierté quand je reçois des compliments sur mes bibous
– Je n’aurais jamais su ce que c’est d’être maman et d’être heureuse avec eux, malheureuse sans eux
– Je n’aurais jamais reçu ces milliers de bisous depuis 17 ans 1/2
– Je n’aurais jamais flippé pour quelqu’un comme j’ai pu flipper pour eux
– Je n’aurais jamais reçu ces tonnes de dessins, bricolages plus improbables les uns que les autres, bouquets composés dans un coin de verdure, ces sourires qui te transpercent le coeur, ces cadeaux de fête des mamans réalisés à l’école
– Je n’aurais jamais eu le plus beau rôle de ma vie celui de MAMAN

♡♡♡ Bonne fête à toutes les mamans! ♡♡♡

La maternité et moi

Nous c'est pour la vie phénomène de Maud

Je me souviens d’avoir lu sur les blogs, des gens qui parlaient du temps à être parents enfin à se sentir vraiment parents.
Et du coup je me suis questionnée, combien de temps ai-je mis à être maman. Depuis quand j’ai voulu être maman?
Je crois que depuis petite j’ai toujours voulu être maman ce qui n’est pas le cas de toutes les petites filles (j en connais qui disent ne pas vouloir être maman, qui ne jouent pas à la maman etc…) Moi j’ai toujours été très maternelle, à m’occuper des autres bébés, mon filleul et cousin est né j’avais 7 ans 1/2 j’adorais aller passer les week-ends chez mon oncle et ma tante, m’occuper de ce bébé tout neuf, lui donner le biberon etc. (mon Dieu le bougre a 30 ans depuis quelques semaines ça fait bizarre d’y repenser)
Puis adolescente j’ai fait beaucoup de babysitting j’adorais m’occuper de bébés, d’enfants. C’était chouette, je faisais plein de trucs avec eux, j’aimais ces petits boulots car pour moi ce n’était pas une contrainte de m’en occuper mais plus un plaisir.
Enfin je suis tombée (j’aime pas ce terme) enceinte de ma fille très jeune j’avais que 19 ans,j’étais avec son papa depuis 5 ans, plein de projets, du moment où j’ai su que j’allais être maman, je me suis sentie maman. J’ai pas pris soin de moi plus que ça pendant ma grossesse, mais j’ai été épanouie malgré une séparation durant ma grossesse, le décès de ma grand-mère paternelle. Lorsque j’ai accouché, je me suis dit en regardant ma petite fille ça y est tu es responsable d’un petit-être, à toi de la protéger jusqu’à la fin de ta vie, même s’il y aura des moments durs tu te dois de la protéger. Et en effet c’est ce que j’ai fait, je me suis investie dans mon rôle de maman à tout juste 20 ans, j’ai eut une vie bien rangée, bébé, boulot maison, je ne sortais pas avec les copines, je m’occupais de ma fille, et j’en étais contente ça ne m’a pas vraiment manqué. Je me suis jamais dit oh la la je regrette j’ai envie de sortir.
8 ans plus tard le second est arrivé, je me demandais juste une chose si j’allais l’aimer autant que sa soeur, puis quand il est né, la question ne se posait plus.
Il y a 4 ans le Petitchéri est né et là j’ai su qu’un coeur de maman pouvait être extensible à l’infini…. J’ai aussi aimé d’autres enfants que les miens, sans vraiment faire de différence et j’ai compris ce que ma mère disait qu’on a pas besoin d’être une maman de sang pour être une maman et sur ce point là je la rejoint.
Je crois que je suis une mère dans le sang, dans le coeur, dans l’âme, je me donne à fond pour mes petits, j’essaie de donner le meilleur de moi-même et même si parfois c’est dur car la maladie a fait intrusion dans nos vies ils sont ma vie et je n’ai pas mis de temps à me sentir maman, mais j’apprends plein de choses chaque jour à leur côté. Ils sont ma force, mon adrénaline, et je sais qu’un jour ils partiront et ce sera ma plus belle réussite car je leur aurais donné cette force d’être armés pour la vie.
Et toi as-tu eu une période avant de te sentir réellement parent? As-tu eu besoin d’un temps d adaptation?