C’est quoi ce truc qu’on appelle l’amour? #2

amoureux

J’avais écrit un billet portant le même titre il y a environ 1 an 1/2. Je ne l’ai pas relu volontairement, car je ne veux pas tronquer le « jeu ». Mais ça peut être intéressant de voir si je suis complètement du même avis après bien des changements dans ma vie depuis cette année et 1/2, sachant que je vois un psychothérapeute pour mon stress post-traumatique depuis novembre 2017 aussi je pense que je me suis beaucoup apaisée sur tout un tas de choses, peut-être vois-je encore l’amour de la même façon? Peut être un peu différemment, mais j’ai l’impression que mon ressenti est différent sur l’amour, ce qu’il évoque pour moi, peut être je me trompe sur l’amour, peut-être je suis complètement à côté de la plaque mais c’est moi, mon ressenti là à ce jour. Lire la suite

Comme un lundi de rentrée…

pluie contre vitre voiture phenomene de maud.jpeg

Ce matin ce fut terriblement difficile. Un endormissement très tardif (plus de 2h du matin) et réveil avant le réveil programmé à 6H30, avec plusieurs angoisses nocturnes…. Ce matin on a emmené les enfants au collège pour l’un, à l’école primaire pour l’autre, il a plus quelques minutes. Puis je suis rentrée, angoissée par ce silence assourdissant, j’aurais aimé les entendre chahuter, m’appeler maman….. Mon AMP est vite arrivée et heureusement, je lui ai souhaité la bonne année, lui ai offert une boite avec des biscuits faits maison. Lire la suite

Quand le corps ne suit plus la tête…

woman-2609115_960_720.jpgVoilà un an que j’ai fait mon stress post-traumatique…. Je ne sais pas en fait comment dire, j’ai fait un stress post-traumatique, que je vis avec un stress post-traumatique. Tout est si bien que ça fait un an que je m’emmerde avec ça et que j’emmerde les autres. Au début j’ai entendu dire les gens c’est de la dépression ou d’autres de me remuer car tout était dans ma tête et que je pouvais m’en sortir en me remuant. Bien sur que j’ai voulu croire ce que me disaient les gens, bien sur que moi aussi je me suis mise à penser que je faisais une dépression suite à une séparation à laquelle je me refusais de penser,  bien sûr que je me disais c’est dans ma tête tout cela je me remuais toujours plus, plus une seconde à rester immobile, fallait que je sois en mouvement perpétuel tout le mois de septembre dernier, alors que j’avais mal aux côtes, aux dorsales, aux lombaires et aux cervicale suite à l’accident d’août 2017.  Je voyais bien que les angoisses revenaient, grandissaient et surtout que les symptômes d’angoisses où j’avais l’impression de crever se faisaient de plus en plus fréquents mais je voulais pas, je ne voulais pas que mon corps cède, je ne voulais pas céder à tout cela je me le refusais…. Lire la suite