La peur

child-1152327_960_720.jpg
Elle nourrit mes jours et mes nuits
Elle pourrit ma vie
Mais aussi mes envies.

Je n’ai pas voulu la laisser s’installer
Et pourtant c’est elle qui s’est mise à me dominer
Et même à me hanter.

Il faut que j’arrive à y faire face,
Mais souvent j’ai l’impression d’être dans une crevasse
Cette « bestiole » est assez coriace.

Je ne sais pas si je suis assez forte,
Pour la mettre à la porte,
Mais il faut que cette guerre je la remporte.

Je ne souhaite pas faire n’importe quoi
Je veux la faire arrêter comme une hors-la-loi
Et qu’elle sorte définitivement de chez moi.

Parfois j’ai l’impression d’être une enfant
Qui  de la vie apprend
Mais qui est encore assez dépendant.

J’ai vraiment envie de me libérer
Qu’elle ne vienne plus ma hanter
Je veux m’en débarrasser.

Ce n’est pas une chose évidente,
C’est même une chose épuisante
Voir déprimante.

J’ai la volonté de m’en sortir
Je vais la démolir
Sans rien amortir.

Je ne vous cache pas mon impatience,
Que je ressens en permanence
En toute conscience,

De vois que mes instants de bonheur,
Ne seront plus grignotés de l’intérieur
Par celle qui est devenue ma pire ennemie, la peur.

Cette force en moi

rose et bijoux.jpg

Chaque année le 22 ou 23/2 je fais un billet sur elle, celle qui me manque depuis maintenant 21 ans. Elle s’est éteinte ici bas dans la nuit du 22 au 23 février en 1997 et ce fut la plus grande tristesse de ma vie, le départ d’ici bas qui m’a littéralement déchiré en 100000000000000000 morceaux de l’intérieur.  Je me dis que j’ai passé plus de la moitié de ma vie sans elle maintenant. J’aurais aimé qu’elle soit là, qu’elle ne me quitte jamais physiquement, que je puisse sentir la caresse de ses mains abimées par un dur labeur sur mon visage quand elle comprenait d’elle même que j’avais du chagrin, j’aimerais pouvoir moi poser mes mains sur la peau si douce de son visage quand je voyais des larmes remplir ses yeux car elle voulait faire quelque chose mais qu’elle n’y arrivait plus de par son handicap, j’aimerais encore sentir son eau de Cologne.  Je l’aime tellement, je ne peux pas parler d’elle au passé et ce depuis 21 ans. Poursuivre la lecture « Cette force en moi »