Quand le corps ne suit plus la tête…

woman-2609115_960_720.jpgVoilà un an que j’ai fait mon stress post-traumatique…. Je ne sais pas en fait comment dire, j’ai fait un stress post-traumatique, que je vis avec un stress post-traumatique. Tout est si bien que ça fait un an que je m’emmerde avec ça et que j’emmerde les autres. Au début j’ai entendu dire les gens c’est de la dépression ou d’autres de me remuer car tout était dans ma tête et que je pouvais m’en sortir en me remuant. Bien sur que j’ai voulu croire ce que me disaient les gens, bien sur que moi aussi je me suis mise à penser que je faisais une dépression suite à une séparation à laquelle je me refusais de penser,  bien sûr que je me disais c’est dans ma tête tout cela je me remuais toujours plus, plus une seconde à rester immobile, fallait que je sois en mouvement perpétuel tout le mois de septembre dernier, alors que j’avais mal aux côtes, aux dorsales, aux lombaires et aux cervicale suite à l’accident d’août 2017.  Je voyais bien que les angoisses revenaient, grandissaient et surtout que les symptômes d’angoisses où j’avais l’impression de crever se faisaient de plus en plus fréquents mais je voulais pas, je ne voulais pas que mon corps cède, je ne voulais pas céder à tout cela je me le refusais…. Poursuivre la lecture « Quand le corps ne suit plus la tête… »

Se faire mal pour se faire du bien, ou comment les séances de psy me donnent l’impression d’être sado-maso…..

light-2203687_960_720

Après les séances de psy c’est une grande introspection, encore plus qu’habituellement, souvent j’écris mon ressenti, je revis un peu la séance à travers moi… Et aujourd’hui j’ai pleuré quand il m’a montré certaines évidences sur ce que je ne voulais pas m’avouer, j ai essayé de ravaler mes larmes par dizaines de fois et un moment je n’ai plus pu le faire. Il trouve que je suis moins angoissée, beaucoup plus calme et pourtant j’ai dit que c’était beaucoup plus dur à vivre pour moi maintenant que j’ai quelques moments de répit. Bien sur que je reprends de l’énergie car l’angoisse permanente me bouffait le peu que j’avalais et l’énergie qui en résultait. Mais là, quand j’ai une crise d’angoisse c’est un véritable tsunami intérieur, si soudain, si incompréhensible… Le corps humain et ses mystères… Poursuivre la lecture « Se faire mal pour se faire du bien, ou comment les séances de psy me donnent l’impression d’être sado-maso….. »