Penser un peu moins pour vivre un peu plus.

make-the-day-great-4166221_960_720.jpg

Voilà c’est ce que je m’évertue à faire depuis quelques mois. J’arrête de me poser 1001 questions en permanence, j’apprends à me moquer du regard des autres, de l’autre. J’avance comme je peux au milieu du Tsunami qui me traverse depuis 20 mois, depuis l’accident. Ce n’est pas chose facile car je n’ai pas été dépourvue de penser. Il faut que j’analyse tout, tout le temps, regarder chaque petit détail, me souvenir de tout. Est-ce dû à mon hypersensibilité? Sans doute que oui… Poursuivre la lecture « Penser un peu moins pour vivre un peu plus. »

Réflexions du soir

fleur pierre phenomene de maud.jpg

J’ai eu un commentaire sur mon blog qui m’a fait un peu réfléchir. Je dis et je sais au fond de moi que je blogue pour moi avant tout, comme une sorte de journal de bord que je partage ici, c’est pas vraiment un journal intime, c’est comme si j’écrivais mes mémoires et que je le laissais sur une table d’un café et que tout le monde pouvait le lire. Je me laisse guider par mes pensées, je ne me sens pas obligée de venir donner des nouvelles, d’ailleurs je n’ai rien fait de cela quasiment durant l’été écoulé. La vie ailleurs est celle dont je compte bien encore profiter. Je ne rends de compte à personne et c’est mon principe depuis fort longtemps que j’arrive à mettre en action depuis quelques temps…. Je blogue maintenant depuis environ 14 ans (quand j’étais enceinte de mon moyen), alors les blogs j’en ai vu passer, j’en ai ouvert aussi, puis j’en ai fermé,, ils ont eu des thèmes (cuisine, vie de maman, scrapbooking, travaux manuels…). Ce blog ci, je l’ai depuis un petit moment maintenant et je l’aime beaucoup. J’en suis à plus de 1000 articles, j’aime y passer du temps, à relire certains billets parfois bien après leur publication. Puis bloguer m’a permis de rencontrer de belles personnes, de me lier à certains d’entre vous.

Mon inspiration me vient de mes envies, de mes journées, de mes échanges avec les autres, de mes enfants et de ceux qui partagent ma vie, de ce que j’aime, ce que je n’aime pas. J’adore écrire et ce depuis toujours, l’écrit est tellement plus facile pour moi la grande timide, celle qui n’arrive pas à communiquer vraiment par la parole, celle qui a tout simplement du mal à faire sortir parfois des sons de sa bouche. J’adore écrire, je dévoile les choses que j’ai ENVIE de dévoiler, je fais passer des messages, j’attends parfois des réponses à mes interrogations, ou bien parfois j’ai tout simplement besoin d’écrire pour vider un trop plein d’émotions qu’elles soient bonnes ou parfois moins bonnes. Poursuivre la lecture « Réflexions du soir »

Mon journal de gratitudes #11

db03d0ab3231e6356d25bdc471b6daeb.jpg

C’est dimanche, le jour de mon journal de gratitudes. C’est la 11ème semaine déjà que je fais cela. Même si je passe par des moments super difficiles, mes émotions font les montagnes russes, un rien peu m’ébranler je tiens le cap coûte que coûte. Ça me demande une énergie folle. Alors tenir ce journal de gratitudes me fait du bien, car il me fait relever la tête les jours de moins bien. Je suis fragilisée par la vie, on a essayé de me casser en deux plusieurs fois, je me suis pliée certes mais je suis toujours là, et cela quelque part je le dois qu’à moi, même si je suis devenue beaucoup plus sensible au fil du temps, qu’un rien me fait pleurer désormais après avoir retenu mes larmes pendant des années, après avoir encaissé les coups de la vie sans rien dire. Aujourd’hui ce n’est plus la même mais je suis là encore debout. Et puis j’ai pris une solution difficile durant cette semaine, celle de laisser partir une personne à qui je tiens, car je ne peux lui apporter ce qu’elle voudrait, je ne suis pas en mesure de cela actuellement, mais cette décision a été tellement difficile à prendre, malgré les 1001 messages que j’ai voulu envoyer cette semaine pour lui dire à quel point cette personne me manque. Allez c’est parti pour mon journal de gratitudes.

Cette semaine je veux dire merci à:

  • Mon ami Marc pour ses conseils et pour prendre mon dossier en charge, je n’ai pas la force morale actuellement pour me battre sur ce dossier.
  • Mes enfants pour tout ce qu’ils m’apportent chaque jour, même si parfois je suis épuisée de répéter 100000 fois les mêmes choses et que j’aurais aimé que notre vie soit différentes et que je puisse leur offrir la famille que je rêvais pour mes enfants. (et voilà je pleure, quand je dis que je suis émotionnellement devenue archi sensible…)
  • Thierry encore pour ces petits messages de temps à autre, jamais vraiment loin de moi en pensées.
  • Vous qui me laissez des petits mots ici ou ailleurs.
  • Hellocoton pour avoir mis 3 de mes articles en avant cette semaine
  • Sabrina la maîtresse de Paolo qui a une bienveillance extraordinaire envers mon fils, qui l’encourage chaque jour et qui fait tout pour qu’il puisse bénéficier des aides dont il a besoin.
  • Mon amie Juliette pour cet appareil photos, merci tu fais de moi quelqu’un de comblée, je vais essayer de lui faire honneur.
  • La nature et tout ce qu’elle m’apporte en apaisement, sérénité, bonheur. J’aime m’occuper de mes plantes, ça me fait un bien immense, j’aurais adoré avoir un jardin je crois, un grand jardin pour avoir les mains dans la terre en permanence, je ressens ce besoin depuis quelques mois et je vois les bienfaits que ça m’apporte.

Et vous votre semaine, elle était comment?

Les bénéfices de l’écriture

print-3102650_960_720.jpg

Je n’ai jamais écrit autant que ces derniers mois et je pense que ce n’est pas tout à fait anodin. Je pense que j’ai commencé à écrire quand j’étais adolescente, sans doute dans un moment où ça n’allait pas trop. J’ai pris longtemps ma « plume » pour évacuer le trop plein quand ça n’allait pas et aujourd’hui encore. Au fil de mes années d’écriture, j’ai pu comprendre les bénéfices de l’écriture. J’écris pour plusieurs raisons et voici ce que j’ai « capter » année après année. Poursuivre la lecture « Les bénéfices de l’écriture »

S’ennuyer et si c’était pour notre bien?

adorable-3157394_960_720

Ceux qui me connaissent, savent que je suis un « peu » speed. Je fais toujours 1001 choses, je ne sais pas m’arrêter. Mais j’ai compris d’où venait mon problème c’est que j’ai été formatée comme ça, pas le droit à l’ennui toujours quelque chose à faire, des listes longues comme mon bras, des journées remplies. L’ennui ne devait pas exister, par peur du vide, par peur du néant surement. En me posant des questions mon psy me l’a fait comprendre et m’a dit mais en fait vous n’avez jamais connu l’ennui? Et je me rends compte que non, je n’ai pas connu l’ennui pendant longtemps, sans doute j’avais peur de cela, on a eu peur de cela avant moi, on m’avait dit que l’ennui c’est le mal par excellence.  Mon psy me dit que l’ennui est essentiel, il faut savoir s’ennuyer que c’est indispensable à la construction pour ne pas avoir la peur du vide, la peur de l’abandon etc…  Poursuivre la lecture « S’ennuyer et si c’était pour notre bien? »