Est-ce qu’un jour…

love-3388626_960_720

Ça fait quelques temps que je n’avais pas fait un petit poème, que je n’avais pas fait rimer les mots entre eux. Je vais encore me donner un temps imparti et me dire que l’humeur du jour sera un sujet tout à fait acceptable pour remettre le pied à l’étrier. Allez c’est parti! Poursuivre la lecture « Est-ce qu’un jour… »

Dans mes yeux

mon oeil.jpg

Beaucoup de choses passent par les yeux. Ma mère me dit que déjà tout bébé j’avais ce regard profond, ce regard qui en dit long. J’ai souvent eu du mal à regarder les gens dans les yeux, non pas par manque de respect mais sans doute par timidité.  Mais j’ai su voir dans des regards des messages qu’on a voulu me faire passer sans que les mots soient prononcés. Je suis toujours très attentive aux yeux, je peux tomber amoureuse d’un simple regard…. Allez encore un petit poème, j’ai besoin de faire glisser mes doigts sur le clavier, de faire marcher mon cerveau et ma créativité. Ētes vous sensible au regard des gens, ou vous n’y prêtez pas attention? Poursuivre la lecture « Dans mes yeux »

Adieu Monsieur Paul Bocuse

paul-bocuse.jpg

C’est un jour de deuil à Lyon
Les chefs sont à l’unisson
Pour faire leurs adieux
À ce grand Monsieur

Ce grand chef qu’on appelait Monsieur Paul
Restera tout un symbole
Pour des tas de passionnés
Des gens qui ont le goût de cuisiner

Lyon est sous la pluie
Il y avait tellement de gens sur le parvis
De la cathédrale Saint Jean
Malgré ce froid glaçant.

La France, le monde de la gastronomie est en deuil
C’est le moment du recueil,
De dire un dernier aurevoir
C’était pour beaucoup obligatoire.

Les gourmets et les gourmands vous disent merci
Vous étiez un peu comme un messie
On dit au revoir à un chef, un mari, un ami, un père, un grand-père
Pour de nombreuses personnes vous étiez un véritable repère.

Vous étiez le messie de la gastronomie
Depuis de nombreuses décennies
Au revoir monsieur Bocuse
Adieu Monsieur Paul Bocuse.

Silence

silence

Il y a des moments où je me renferme, je ne parle plus c’est en général quand ça ne va pas trop bien. Parfois j’arrive à faire sortir des larmes, parfois non. Quand le mal est trop là, les larmes ne coulent même plus. Je sors d’une séance avec mon psychologue, il me dit quand je n’arrive pas à pleurer seule mais que j’arrive à le faire avec quelqu’un (comme avec lui aujourd’hui) c’est une certaine façon de demander du soutien alors que les mots ne sortent pas.  Ces séances me font à la fois du bien et à la fois tellement de mal car il faut mettre le nez sur certaines évidences toujours évitées.  Parler de ce qui m’a fait du mal c’est au final si difficile car je ne pensais pas avoir eu autant mal, je pensais que tout ce que j’avais en moi j’avais accepté, vécu avec et au final j’ai juste enfoui mais fallait que ça ressorte à un moment donné. Je dois plus me laisser bouffer par les gens il vient de me le dire, que j’arrête de toujours trouver des circonstances atténuantes aux gens que je m’occupe enfin de moi et que c’est à moi que je dois trouver des circonstances atténuantes, d’arrêter de m’en vouloir pour ce que les autres m’ont fait…. voilà la suite le 9/2…. Tiens ça me rappelle quelque chose cette date…. Et il faudra que j’aborde vraiment ce sujet là un jour aussi pas qu’en superficie… Il faudra bien que j’en guérisse vraiment et ne plus faire comme si…. Poursuivre la lecture « Silence »

L’italyonnaise

italyonnaise.jpg

Petit poème qui parle de moi, de mes origines. Je ne suis pas la pro des mots, j’essaie juste de faire travailler mon cerveau, en faisant concorder certains mots, La rime n’est pas toujours facile, mais justement c’est ça l’exercice, il faut creuser un peu ses méninges, donner un sens à des mots qui s’enchainent….  J’aime bien, alors j’essaie. Je ne sais pas si ça vous plait mais à moi oui, enfin je ne sais pas si je suis satisfaite de mes mots, mais je suis satisfaite de faire cet exercice là. Car quand j’écris un billet, ça vient plus du profond du coeur, un peu comme si mon coeur prenait possession de mes mains sans vraiment passer par le cerveau. Là c’est tout à faite autre chose, je dois « réfléchir » un peu plus pour que les mots riment.
Poursuivre la lecture « L’italyonnaise »