À bout de souffle

dandelion-2561575_960_720
J’ai le souffle coupé
J’ai la gorge serrée
Je n’arrive plus à respirer
J’ai le coeur qui ne cesse de s’emballer.

Cette impression que plus jamais les larmes ne cesseront de couler,
Et pourtant vers le haut j’essaie de toujours me hisser
Malgré toutes les difficultés
Mais j’ai l’impression que c’est de plus en plus compliqué.

Il va falloir encore que je me mette des coups de pieds
Pour encore avancer
Alors que l’air semble de plus en plus me manquer
Et que je cherche juste à m’oxygéner.

J’ai l’impression que mon coeur à trop saigné
Que j’ai longtemps cherché à cacher
Toutes ces endroits fêlés
De ce palpitant si souvent brisé.

Aujourd’hui j’aimerais une main pour m’accompagner
Pour m’aider à traverser
Les routes de la vie trop compliquées
Et retrouver ensemble une vie ensoleillée.

Mais j’ai l’impression de ne pas mériter
L’amour ou même l’amitié
Je suis tellement écorchée
Par cette vie qui est sans aucune pitié.

J’ai besoin de lacher
Souvent quelques mots sur le clavier
Ou bien sur du papier
Pour un peu m’apaiser.

Il faut que j’arrive à sécher
Ces larmes qui ne font que couler
Il faut que je sois de nouveau motivée
Pour encore me relever.

Il faut que j’arrive à me reposer,
À vraiment retrouver de la sérénité
Essayer de ne plus vraiment penser
À toutes ces choses trop compliquées.

Je dois cesser de m’angoisser
Pour la moindre contrariété
Arriver à exprimer
Toutes ces choses qui m’ont blessée.

Je sais mieux m’exprimer par écrit que parler
Pourtant j’aurais aimé
Pouvoir te glisser
À l’oreille toutes ces choses tant de fois gardées.

Mais je n’ai pas osé
Car j’ai trop souvent eu peur d’être jugée
Que mes mots soient mal tombés
Ou tout simplement d’être rejetée.

Alors je suis partie, je me suis envolée
J’ai dit des mots jamais pensés
Des mots pour que je sois détestée
Plutôt que d’être de nouveau jetée.

Ce soir plus que jamais j’ai besoin de retrouver de l’air
De prendre des grandes bouffées
De m’oxygéner
De nouveau respirer.

Quand rompre devient indispensable…

glass-984457_960_720.jpg

Attention article brouillon…. Comme d’habitude me direz vous, mais là un peu plus encore sans doute.  Voilà ce matin je n’ai pas trop le moral, je suis dans l’obligation de couper des liens qui m’unissent à quelqu’un pour aller de l’avant. Je n’ai pas envie de dire qui c’est pour des raisons qui me sont propres, mais ce n’est pas un amoureux… Cette personne normalement devrait avoir de la bienveillance envers moi, mais c’est le contraire, je ne peux pas trop m’étendre sur le sujet car ça me fait mal, j’aimerais pouvoir me libérer du poids de cette douleur infligée mais je n’y arrive pas… Ce n’est qu’en coupant les ponts au moins pour une longue durée qu’on ne me fera plus de mal, en tous les cas ça ne m’atteindra plus. Poursuivre la lecture « Quand rompre devient indispensable… »

Transformer le moche en or

Lingot-piece-or

Il y a tellement de moments difficiles à vivre dans la vie. Et pourtant il faut savoir transformer le moche en or comme je dis.

A chaque rupture j’ai rebondit encore plus forte que  moi la Maud quittant ce couple qui me devenait étranger.

A chaque décès, je me suis dit cette personne va rejoindre les autres personnes que j’aime.

A chaque échec niveau boulot, je cherche ailleurs et j’apprends à faire le tri de ces gens qui m’appellent par intérêt  et qui ne donnent jamais rien en retour.

A chaque moment de blues, le lendemain je suis plus combative et j’aide comme je peux les autres. Je suis empathique.

A chaque coup de pluie je me dis que c’est bon pour la nature cette eau.

Mais il y a parfois des moments où je n’arrive pas à transformer ce moche en or, ces moments là sont quand il y a des crises de maladie pour Paolo. Ceux qui me suivent Paolo est malade depuis quasiment 8 mois maintenant (depuis le 26 décembre 2012), il vit comme un petit enfant de 3 ans 1/2 et pourtant tous les jours cette fièvre me rappelle qu’il est malade, il y  a aussi ces moments de fatigue, ces maux de ventre parfois insupportable, ces plaques de boutons, cette sensibilité à la lumière au bruit aussi. J’essaie de ne pas trop le cocooner, mais il est malade alors je laisse le temps plus qu’aux autres pour qu’il grandisse, je le choie un peu plus que les autres, je le protège, je ne le fais pas s’envoler comme mes 2 autres enfants, je le garde au creux de mon aile.Paolo devrait rentrer à l’école en septembre, mais il est encore tellement fatigué, fragile, je dois revoir les médecins on ne sait pas s’il pourra y aller. Il faut que je trouve cette force de transformer le moche en or, juste pour mon petit garçon. Ce soir j’écris ce billet car ce fut une nouvelles grosse crise pour Paolo, j’étais seule à gérer, comme tout le temps de toutes façons. Il n’y a pas de papa dans la vie de Paolo, un papa qui n’a pas voulu de lui, un papa qui ne donne aucunes nouvelles depuis 3 ans 1/2, alors faut que je sois forte et c est aussi pour ça que je dois trouver cette recette pour devenir une vraie alchimiste….  Je veux pour mon petit garçon continuer de transformer le moche en or, pour lui je vais continuer à me battre, chercher cette formule où le moche devient or, pour qu’il ait la plus belle des vies malgré la maladie.